Vaccin Pfizer : Un jeu de roulette russe entre placebo et danger mortel ?

Dans une récente étude danoise, des chercheurs ont soulevé des questions troublantes sur le vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19. Selon eux, une proportion significative des lots de ce vaccin distribués dans l’Union européenne pourrait avoir été des placebos. Plus inquiétant encore, les lots non-placebo auraient entraîné un nombre anormalement élevé d’événements indésirables graves chez les personnes vaccinées.

L’étude, publiée en mars, a initialement passé sous le radar, mais a récemment été mise en lumière par des reportages médiatiques. Les chercheurs danois ont examiné les vaccins Pfizer-BioNTech administrés au Danemark entre décembre 2020 et janvier 2022. Ils ont découvert que les lots du vaccin pouvaient être divisés en trois groupes distincts. Deux de ces groupes ont montré des pourcentages plus élevés que la normale d’événements indésirables graves. Cependant, pour le troisième groupe, aucun événement indésirable n’a été signalé.

Ces résultats ont conduit à des spéculations selon lesquelles jusqu’à 30% des lots du vaccin Pfizer administrés au public étaient des placebos. Pire encore, il semble que les régulateurs étaient au courant de la situation et ont volontairement administré ces lots. Si ces allégations sont vraies, cela soulève des questions éthiques majeures. Les personnes vaccinées étaient-elles conscientes qu’elles recevaient potentiellement un placebo ? Étaient-elles conscientes qu’elles participaient essentiellement à un essai clinique ?

Ces révélations ont suscité une vague de critiques et de scepticisme. Certains ont même suggéré que les autorités de santé publique ont peut-être retiré discrètement du marché les lots associés à un nombre élevé d’événements indésirables graves. D’autres ont suggéré que les lots de placebo ont été utilisés pour dissimuler le nombre réel d’effets secondaires du vaccin.

Quoi qu’il en soit, cette affaire souligne l’importance de la transparence et de l’intégrité dans la gestion de la pandémie de COVID-19. Il est essentiel que les autorités de santé publique soient ouvertes et honnêtes sur les risques et les avantages des vaccins et c’est loin d’être le cas.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/eci.13998

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.