Taxe kilométrique: le coup de massue sur l’électrique

La voiture électrique, le saint graal de la mobilité… Ce futur idyllique où nous pourrons tous faire vrombir nos moteurs sans la moindre once de culpabilité, sans souiller l’air pur que nous respirons… comme si c’était aussi simple … Alors que les batteries sont une horreur pour l’environnement… Mais passons la n’est pas notre sujet du jour.

Car il y a un hic. Les gouvernements du monde entier ont réalisé qu’ils allaient perdre une fortune en taxes sur les carburants. Alors, que font-ils ? Ils introduisent des taxes kilométriques sur les véhicules électriques. Vous payez maintenant pour chaque kilomètre que vous parcourez.

En Australie, par exemple, ils ont introduit une taxe de 2,5 cents par kilomètre parcouru pour les véhicules électriques dès 2020. Et si vous pensiez que c’était une mauvaise nouvelle pour les propriétaires de véhicules électriques, les propriétaires de véhicules hybrides ont eu la double peine. Ils ont été taxés à la fois sur les carburants et sur le kilométrage. Cadeau de la maison !

En Suisse, le Conseil Fédéral a demandé aux ministères de l’Environnement et des Transports ainsi qu’aux Finances d’étudier la mise en place d’une fiscalité de ce type. Et au Royaume-Uni, le Ministre des Finances Jeremy Hunt a déjà signifié son intention d’introduire une telle taxe d’ici à 2025.

Aux États-Unis, l’État de Géorgie a même mis en place des crédits d’impôt pour les véhicules propres, mais seulement pour les entreprises. Les particuliers n’ont pas droit à ces crédits. Et en plus de cela, ils ont introduit une taxe annuelle de 200 dollars sur les véhicules électriques.

Alors, que pouvons-nous faire ? Rien, à part payer et sourire. Après tout, nous sommes les bons citoyens qui ont choisi de conduire des véhicules électriques pour sauver la planète (…). Et maintenant, nous sommes punis pour cela.

En Californie, un État connu pour son amour des véhicules électriques et ses incitations généreuses, une taxe annuelle de 100 dollars a été introduite pour les véhicules zéro émission. Et ce n’est pas tout. À partir de janvier 2021, cette taxe sera indexée sur l’indice des prix à la consommation. C’est le cadeau de la maison.

Et que dire de l’État de l’Idaho, où la taxe annuelle pour les véhicules électriques est de 140 dollars, tandis que pour les véhicules hybrides rechargeables, elle est de 75 dollars. Il semble que même les États les moins peuplés veulent leur part du gâteau électrique.

Et n’oublions pas le Tennessee, où la taxe annuelle pour les véhicules électriques est de 100 dollars. C’est comme si chaque État avait sa propre version de la “taxe sur le plaisir de conduire électrique”.

Alors, que nous réserve l’avenir ? Plus de taxes, plus de frais, plus de prélèvements ? Peut-être. Mais une chose est sûre : la voiture électrique, autrefois symbole de liberté et de progrès, est devenue la nouvelle vache à lait des gouvernements du monde entier. Et nous, les conducteurs, nous sommes les vaches à traire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.