La protéine Spike du vaccin COVID envahit le royaume du sperme

Le professeur Dr Arne Burkhardt, pathologiste germanique de renom, s’est avancé dans l’arène publique avec une révélation étonnante. Sa révélation, portée par des années d’expertise et un regard scrutateur sous le microscope, a pris d’assaut le monde entier. C’est un réveil brutal pour ceux qui se sont réfugiés dans l’ignorance, dévorant sans discernement la propagande pro-vaccin.

Burkhardt a révélé avec une précision déconcertante que les spermatozoïdes des hommes vaccinés ont été remplacés intégralement par la protéine spike du vaccin COVID.

Pensez un instant aux implications potentielles. Une génération d’hommes est peut-être sur le point de perdre sa capacité de reproduction naturelle. Une humanité modifiée à la suite d’un vaccin inoculé en masse. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est une hypothèse bien réelle.

Ce n’est pas le moment de céder à la panique, cependant. C’est le moment de faire face à la réalité et de reconnaître les faits tels qu’ils sont présentés par un expert de renommée mondiale. Burkhardt a posé les faits sur la table avec une rigueur scientifique sans faille.

Il est temps pour nous tous de faire face à la réalité. La protéine spike est peut-être en train de modifier le cours de l’humanité. Devons-nous nous résigner à cette nouvelle réalité ? Le destin est entre nos mains.

Voici la vidéo traduite de son intervention, au combien essentielle.

  1. Dans ce cas, comment expliquer que des couples puissent attendre des enfants? Une de mes nièces est enceinte de 3 mois et elle est triple vaccinée ainsi que son mari… alors? Peut-être un peu trop radicale comme info pour être exacte la réalité semble nous manifester que ce n’est pas vrai, non?!
    (Même si effondrement des naissances peut laisser penser en effet à une « dégradation » significative de la fonction de reproduction.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.