Santé numérique: l’OMS et l’UE, le duo apocalyptique

La Commission européenne et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont annoncé un partenariat numérique pour la santé. En juin 2023 (tout de suite), l’OMS utilisera le système de certification numérique COVID-19 de l’Union européenne (UE), pour instaurer un système mondial pour “faciliter la mobilité mondiale”. Ainsi est le premier bâtiment du Réseau mondial de certification numérique pour la santé (GDHCN) de l’OMS.

L’initiative s’appuie sur la stratégie de l’UE pour la santé mondiale et la stratégie globale des États membres de l’OMS sur la santé numérique. Elle fait suite à l’accord signé par la commissaire Kyriakides et le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour renforcer la coopération stratégique sur les problèmes de santé mondiale.

Fantastique… Nous avons un système de santé dirigé par des algorithmes. L’UE a créé des certificats COVID-19 interopérables pour faciliter la libre circulation. Le ‘Certificat numérique COVID de l’UE’ ou ‘EU DCC’ est devenu la solution la plus utilisée dans le monde.

Et maintenant, l’OMS reprend cette initiative en établissant son propre réseau de certification de santé numérique. La convergence des certificats numériques dans le monde entier est maintenant facilitée par l’OMS, y compris la normalisation et la validation des signatures numériques pour prévenir la fraude. Et ne vous inquiétez pas, l’OMS n’aura pas accès à vos données personnelles, c’est le domaine exclusif des gouvernements (…)

Un partenariat à long terme pour une santé numérique, c’est le futur que nous attendons tous avec impatience. L’UE et l’OMS travaillent ensemble pour développer techniquement ce système, qui pourrait inclure la numérisation du Certificat international de vaccination ou de prophylaxie. Les solutions numériques sont essentielles pour offrir une meilleure santé à tous les citoyens du globe (…)

Ils invoquent des valeurs nobles comme la transparence, la protection des données, la sécurité et l’équité. Pourtant, le monde doit se demander si cette initiative ne cache pas un futur dominé par la technologie, où nos données de santé sont au bout des doigts des gouvernements. L’attention est certes accordée aux pays à revenu faible et intermédiaire, mais la justice dans un monde numérique est un concept bien fragile et obscur. Restons vigilants.

L’ère de la santé numérique est à nos portes.

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/ip_23_3043

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.