« Plush » : Kev Adams et ses NFTs en peluche, une aventure qui vire au fiasco et déplume les investisseurs

Quoi de mieux pour séduire les investisseurs en mal de sensations fortes et d’opportunités en or ? Le film d’animation « Plush » avait tout pour plaire : des cryptomonnaies, des NFT, des célébrités et des promesses de gains mirobolants. Toutefois, le rêve s’est rapidement transformé en cauchemar pour les 770 investisseurs qui ont vu leur mise fondre comme neige au soleil.

Kev Adams, l’apôtre des nounours digitaux, avait pourtant tout fait pour rassurer les potentiels investisseurs lors d’un live vidéo sur Instagram en mai 2022. En compagnie d’un mystérieux représentant de Plush NFT déguisé en nounours, l’acteur vantait les mérites du projet et la possibilité de devenir coproducteur du film.

Mais voilà, malgré les promesses d’une rentabilité « énormissime », les investisseurs ont dû se contenter d’un tee-shirt à 2 250 euros et d’un nounours digital à 1 250 euros. Pas vraiment l’affaire du siècle, n’est-ce pas ?

L’homme-nounours, alias « Fabi », a beau démentir toute arnaque, les faits sont là : les comptes de Plush sont inactifs depuis des mois et les NFT ne sont plus en vente. Quant à la société Illuminart, porteuse du projet, elle n’a pas renouvelé sa licence, expirée en février. Et le film, lui, semble avoir disparu dans les méandres des projets avortés.

Alors, que retenir de cette histoire rocambolesque ? Peut-être que l’union entre des célébrités et des cryptomonnaies ne fait pas toujours le bonheur des investisseurs. Ou encore que les NFT et les peluches ne font pas bon ménage. Mais surtout, que les rêves les plus fous peuvent parfois se transformer en véritables cauchemars pour ceux qui y croient un peu trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.