Pâtes d’Os : La Great Arnaque ?

La start-up finlandaise SuperGround fait la une des journaux avec sa technologie controversée de pâtes d’os comestibles. Cette jeune pousse affirme que mélanger des os broyés à de la viande ou du poisson pourrait réduire le gaspillage alimentaire tout en diminuant l’empreinte carbone de l’élevage animal. Bien que séduisante en théorie, cette approche soulève de sérieuses inquiétudes.

SuperGround vante les mérites nutritionnels et écologiques de sa pâte à base d’os, qui permettrait selon eux de réduire jusqu’à 40% les émissions de CO2 liées à la production de viande. Ils affirment également que les os sont riches en calcium et autres minéraux bénéfiques. Pourtant, aucune étude scientifique n’a confirmé l’innocuité ou l’intérêt nutritionnel de cette mixture pour la consommation humaine.

Au contraire, plusieurs recherches tendent à montrer un effet négatif de l’ajout de pâtes d’os sur la qualité nutritionnelle des aliments. Une étude parue dans le Journal of Animal Science and Technology en 2022 a observé une baisse des protéines, des glucides et de certains acides aminés essentiels comme le tryptophane dans un mélange de pâte d’os de poulet et de viande de poulet, comparé à la viande seule.

De même, le Pakistan Journal of Nutrition rapportait en 2017 moins de matières grasses et de protéines dans de la viande bovine mélangée à de la pâte d’os bovine. Un article de synthèse publié en 2024 soulignait également des pertes en acides aminés soufrés comme la méthionine et la cystéine.

Difficile dès lors de croire aux bienfaits nutritionnels vantés par SuperGround. Leur mixture semble au contraire diminuer l’apport en nutriments essentiels, obligeant à en consommer davantage pour un même bénéfice, ce qui saperait leur objectif de réduction du gaspillage alimentaire.

Par ailleurs, on peut s’interroger sur la réalité du problème que cette technologie est censée résoudre. Les os sont déjà largement valorisés par l’industrie alimentaire, notamment pour produire de la gélatine et des aliments pour animaux. Présenter leur réutilisation sous forme de pâte comestible comme une nécessité écologique relève donc du marketing vert abusive.

Plus problématique, l’adoption à grande échelle des pâtes d’os aurait probablement un effet dévastateur sur le secteur de l’élevage traditionnel. En donnant soudain de la valeur à ce qui était jusqu’à présent un déchet, cette technologie risque de faire monter les prix des matières premières animales. Combinez cela à la possibilité de vendre de la “viande” produite pour moitié à base d’os broyés, et les marges des éleveurs s’effondreraient rapidement.

In fine, derrière le vernis écologique de cette innovation se cachent de sérieux risques sanitaires et économiques. Sans preuve solide des bienfaits nutritionnels ou environnementaux de cette mixture osseuse, rien ne justifie de mettre en péril notre sécurité alimentaire et le monde agricole. Plutôt que de chercher des solutions miracles high-tech, nous ferions mieux de privilégier les sources de protéines déjà disponibles et de réduire les pertes et gaspillages par un meilleur accès aux marchés locaux.

https://www.taylorfrancis.com/chapters/edit/10.1201/9781420042177-17/mechanical-separation-poultry-meat-use-products-glenn-froning-shelly-mckee

https://fr.euronews.com/green/2024/01/18/mangeriez-vous-des-aliments-a-base-dos-danimaux-pour-sauver-la-planete

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0924224424000190?via%3Dihub

https://www.mdpi.com/2304-8158/10/9/2042

https://scialert.net/abstract/?doi=pjn.2017.797.804

https://www.newscientist.com/article/2411109-animal-bones-ground-into-an-edible-paste-could-help-reduce-food-waste/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.