L’état néerlandais, nouveau spoliateur de propriétés

Le gouvernement néerlandais, dans une tentative désespérée de se faire passer pour le Robin des Bois moderne, a décidé de s’attaquer aux propriétaires de maisons. Le ministre du Logement, Hugo de Jonge, a annoncé un plan qui donnerait aux autorités locales le pouvoir de forcer les propriétaires à vendre leurs biens à des personnes à faible revenu. Cette règle s’appliquerait aux propriétés évaluées jusqu’à 355 000 €.

C’est une mesure qui, selon de Jonge, est nécessaire car “si peu de maisons deviennent disponibles dans cette gamme de prix que nous voulons nous assurer qu’elles vont à quelqu’un avec un faible ou moyen revenu”. C’est une déclaration qui semble noble en surface, mais qui, en réalité, est une attaque flagrante contre les droits de propriété.

Les deux partis libéraux de la coalition actuelle, le VVD et le D66, se sont opposés au plan, affirmant qu’il porte atteinte aux droits des propriétaires. De plus, le Conseil d’État, l’organe consultatif le plus élevé du gouvernement, a averti l’année dernière que cette mesure pourrait avoir pour effet de faire monter les prix, car les propriétaires essaieraient de dépasser le seuil.

De Jonge prévoit également de donner aux autorités locales plus de pouvoir pour attribuer des logements locatifs à des personnes ayant des liens avec la région et travaillant dans des professions clés. Les députés voteront sur le projet de loi la semaine prochaine.

Il est clair que le gouvernement néerlandais est prêt à aller loin pour donner l’impression de s’attaquer à la crise du logement. Mais en réalité, il ne fait que punir les propriétaires et risque de créer plus de problèmes qu’il n’en résout. Il est temps que les citoyens néerlandais se réveillent et voient cette politique pour ce qu’elle est : une attaque contre leurs droits de propriété.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.