Le Masque Nuit Gravement à la Santé.

Une récente étude observationnelle menée en Norvège vient jeter un pavé dans la mare en suggérant que le port fréquent de masques faciaux pourrait en réalité augmenter le risque d’infection par le SARS-CoV-2 dans la population générale.

Publiés dans la revue Epidemiology and Infection, ces résultats préliminaires indiquent que les participants déclarant porter un masque souvent ou tout le temps à l’extérieur de leur domicile auraient eu un risque accru d’infection auto-déclarée de 33% et 40% respectivement, comparativement à ceux ne portant jamais ou rarement de masque.

Cetté étude vient conforter les doutes déjà soulevés par plusieurs experts quant à l’efficacité réelle des masques en contexte communautaire et sur les risques de leur usage prolongé par le grand public.

En effet, outre une efficacité non démontrée pour bloquer la transmission virale, le port répété de masques par des non-professionnels de la santé pourrait entraîner un faux sentiment de sécurité amenant à relâcher les autres mesures de protection comme la distanciation physique.

De plus, l’humidification répétée des masques et leur réutilisation favoriseraient la prolifération microbienne et l’inhalation de moisissures ou autres contaminants, avec des effets délétères possibles sur les voies respiratoires et le système immunitaire.

Certains experts mettent également en garde contre des impacts psychologiques ou socio-comportementaux néfastes chez les enfants, comme l’anxiété, l’isolement et les troubles de l’apprentissage.

Sans compter la pollution générée par des milliards de masques jetables qui finissent dans la nature.

Bref, il semblerait que les autorités sanitaires internationales aient quelque peu négligé d’évaluer les effets indésirables potentiels d’une telle mesure populationnelle avant de la recommander si largement.

Il est peut-être temps de revoir notre stratégie. Plutôt que de miser sur le port universel du masque, ne devrions-nous pas recentrer nos efforts de prévention sur des mesures ciblées envers les populations les plus vulnérables ?

Car finalement, faire porter des masques en tout temps à des milliards d’individus pourrait s’avérer aussi risqué qu’inefficace. Et les dernières données probantes tendent malheureusement à le confirmer.

https://www.cambridge.org/core/services/aop-cambridge-core/content/view/0525AD535D10FDCDF0C52603B50E7A1E/S0950268823001826a.pdf/association-between-face-mask-use-and-risk-of-sars-cov-2-infection-cross-sectional-study.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.