Le Brésil et la Chine font un pied de nez au dollar : “Qui a besoin de toi, de toute façon ?”

Le gouvernement brésilien a annoncé un accord spectaculaire avec la Chine, dans lequel les deux pays décident de jouer au Monopoly grandeur nature sans utiliser le dollar américain. Eh oui, il semblerait que les billets verts aient perdu de leur charme aux yeux de ces deux géants économiques qui préfèrent désormais miser sur leurs propres devises.

Dans un élan de rébellion face à l’hégémonie du dollar, le Brésil et la Chine ont décidé de mener leurs échanges commerciaux en réals brésiliens et en yuans. Une initiative qui laisse entrevoir un avenir où le dollar pourrait être relégué au rang de simple figurant sur la scène internationale.

Selon l’ApexBrasil, l’objectif de cette manœuvre audacieuse serait de réduire les coûts et de faciliter les investissements. Une explication qui ne manque pas d’ironie, tant il est évident que la véritable raison est de donner une bonne leçon à l’oncle Sam et à son billet vert.

Deux banques, une chinoise et une brésilienne, ont été désignées pour jouer les entremetteuses et permettre aux exportateurs de recevoir des paiements dans leur propre devise. Un véritable conte de fées pour ces banques qui pourront se vanter d’avoir participé à l’émancipation de leurs pays respectifs face à la toute-puissance du dollar.

La Chine, toujours à la pointe de l’innovation en matière de diplomatie monétaire, avait déjà tissé des liens similaires avec la Russie et l’Argentine. À croire que le dollar est en train de devenir le vilain petit canard des transactions internationales.

Alors, chers amis du dollar, il est temps de faire vos adieux aux projecteurs et de laisser place aux nouveaux venus sur la scène monétaire internationale. Et qui sait, peut-être que cette nouvelle ère marquera le début d’une véritable révolution dans les échanges commerciaux, où chacun pourra fièrement brandir sa propre devise, laissant le dollar sur le banc de touche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.