L’apocalypse stellaire : une étoile dévore une planète

L’Univers ne cesse de nous surprendre et de nous rappeler à quel point notre existence est précaire. Le 3 mai 2023, les astronomes ont assisté à un phénomène inédit : une étoile géante rouge engloutissant sans pitié une malheureuse planète trop proche d’elle.

Cette scène digne d’un film de science-fiction nous rappelle que notre propre destin n’est pas bien différent. Dans 5 milliards d’années, notre Soleil, en fin de carrière, se transformera en géante rouge et avalera la Terre tout rond.

Kishalay De, post-doctorant à l’Institut Kavli du MIT, a observé ce phénomène en mai 2020 grâce à une caméra spéciale de l’observatoire du Caltech. L’étoile, située à 12 000 années-lumière de la Terre, brillait cent fois plus fort que d’ordinaire durant environ dix jours. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’une fusion d’étoiles, mais non ! L’analyse de la lumière émise par l’étoile a révélé la présence de nuages de molécules trop froids pour être issus d’une fusion d’étoiles.

La conclusion est sans appel : l’étoile, semblable à notre Soleil, a relâché une quantité d’énergie mille fois plus faible que celle attendue lors d’une fusion stellaire. Cette énergie correspondait à celle d’une planète telle que Jupiter. La fin de cette planète a été extrêmement rapide à l’échelle cosmique. Les observations indiquent que l’enveloppe de la planète a été déchirée par les forces de gravitation de l’étoile pendant quelques mois au plus, avant d’être absorbée.

Les astronomes ont observé l’étoile se contracter lentement et reprendre sa taille précédente après ce festin stellaire. Cette étude démontre que de tels événements pourraient survenir plusieurs fois par an dans notre galaxie, qui compte au moins cent milliards d’étoiles et sans doute autant de planètes.

Que nous réserve l’avenir ? Faut-il se résigner à l’idée que notre chère Terre finira, elle aussi, dévorée par une étoile gloutonne ? Une chose est sûre : l’observation de ces phénomènes nous aidera à mieux comprendre l’avenir du système solaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.