Immobilier : la location en voie de disparition

Sous le doux ciel de l’Hexagone, une nouvelle crise fait son apparition. Non, je ne vous parle pas d’une nouvelle pandémie, ou d’une crise politique. Il s’agit de notre cher immobilier qui semble vouloir nous expulser de nos doux foyers.

Le site Bien’Ici nous apprend que la tension locative a grimpé de 68% en un an. Entre 2022 et 2023, l’offre de logement a chuté de 17%. D’accord, on voit bien qu’on a du mal à se loger, mais pourquoi donc cette offre locative dégringole-t-elle ?

Eh bien, comme toujours, il y a de l’argent en jeu. La rentabilité locative est en chute libre. Et pourquoi cela ? Premièrement, la fiscalité, cette hydre à plusieurs têtes, ne cesse d’augmenter. Ensuite, les taux d’intérêt ont décidé de jouer à l’escaladeur fou. Enfin, nous avons une jolie collection de locataires qui ont oublié que payer son loyer et ne pas démolir son logement, c’était un peu la règle du jeu.

Mais ce n’est pas tout… Car oui, il y a toujours une cerise sur le gâteau. En l’occurrence, il s’agit du diagnostic énergétique. Il va bannir nos “passoires thermiques”, ces logements où l’on a plus froid à l’intérieur qu’à l’extérieur. On parle de 7,2 millions de logements en France. Beaucoup d’entre eux sont des biens locatifs, mais les travaux nécessaires pour les réhabiliter coûtent plus cher qu’un dîner au Ritz.

Alors, que va-t-il se passer ? Eh bien, nos investisseurs vont jouer les rats et quitter le navire pour la location courte durée, qui ne leur demande pas d’être écologiquement responsables. Les prix de l’immobilier vont plonger plus vite qu’un plongeur olympique. Et nous, les petits Français ? Nous allons devoir nous serrer la ceinture et apprendre à dormir sous les ponts.

Mais rassurez-vous, tout cela n’est qu’une plaisanterie. Une mauvaise blague de notre cher gouvernement, qui nous rappelle qu’en France, on a toujours une solution pour tout… sauf pour se loger.

Et pendant ce temps, le Roi Soleil dans son château de Versailles, se retourne dans sa tombe. Même lui n’aurait pas osé un tel mépris pour ses sujets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.