“Go Fuck yourself !”

Lors de la récente Conférence DealBook 2023, Elon Musk a une fois de plus fait preuve d’un franc-parler rafraîchissant. Confronté à l’hypocrisie d’annonceurs prêts à boycotter Twitter pour des raisons politiques, le patron de Tesla et SpaceX a opposé une fin de non-recevoir cinglante.

Malgré les critiques, Musk refuse de plier l’échine. Son attitude loyal envers ses convictions est digne d’éloges dans un climat où la moindre controverse sur les réseaux sociaux conduit au lynchage médiatique. “Je n’ai aucun problème à être détesté”, assume-t-il avec panache.

Lorsque des groupes de pression ont tenté de faire chanter Twitter en appelant au boycott publicitaire, Musk leur a vertement répondu : “Ils peuvent aller se faire foutre.” Une réplique en phase avec le personnage, qui a bâti ses succès en refusant les diktats bien-pensants.

Cette position courageuse tranche avec la frilosité de nombre de ses pairs, prompt à paniquer et à s’excuser dès la première polémique. Elle explique en partie comment Musk parvient à cumuler les prouesses, de Tesla à SpaceX.

Certes, ce style frontal lui vaut des inimitiés. Mais le Franc-tireur assume pleinement ce choix : son objectif n’est pas d’être aimé de tous, mais de préserver son indépendance. Même au prix de controverses passagères.

D’ailleurs, Musk n’a pas hésité à tourner la perte de revenus publicitaires à son avantage. Il y voit l’opportunité de rendre Twitter moins dépendant de ce secteur versatile, prompte à écouter les multinationales mais pas les utilisateurs. Une occasion pour la plateforme de gagner en indépendance éditoriale.

FILE PHOTO: Elon Musk, Chief Executive Officer of SpaceX and Tesla and owner of X, formerly known as Twitter, attends the Viva Technology conference dedicated to innovation and startups at the Porte de Versailles exhibition centre in Paris, France, June 16, 2023. REUTERS/Gonzalo Fuentes/File Photo

Tout en maniant l’ironie sur Twitter, Musk poursuit l’exécution de ses ambitieux projets chez Tesla et SpaceX. Le futur lancement du pickup Cybertruck et les tests concluants de la fusée Starship en attestent : ses talents entrepreneuriaux restent intacts, en dépit des tentatives pour le déstabiliser.

Face à Musk, le contraste avec la réaction craintive du PDG de Disney, Bob Iger, est saisissant. En suspendant ses publicités sur Twitter, Disney a cédé aux pressions politiques, trahissant au passage ses valeurs libérales revendiquées. Un manque de courage qui en dit long sur les dérives de la “cancel culture” contemporaine.

Si l’attitude de Musk dérange, c’est parce qu’elle lui permet des avancées que d’autres n’osent imaginer. Le génie créatif a souvent besoin de liberté totale pour s’épanouir. Twitter a trouvé en Musk un capitaine courageux pour le conduire vers des horizons nouveaux, malgré les tempêtes.

Certes irrevérencieux, le multimilliardaire n’en demeure pas moins fidèle à sa vision. À l’heure où la moindre dissension entraîne un lynchage médiatique, Elon Musk ose affirmer une parole libre quitte à bousculer. Le prix à payer pour continuer à innover sans entraves.

https://www.zerohedge.com/markets/they-can-go-fk-themselves-musk-slams-advertising-boycott-blackmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.