Éoliennes : les serial-killers de la nature ! Biodiversité en danger ?

Sous l’apparence d’un sauveteur écolo, se cache une machine de guerre contre les petits mammifères et oiseaux en tout genre. Les éoliennes, ces grandes hélices tournantes, deviennent des armes redoutables pour les chauves-souris et autres volatiles qui s’aventurent un peu trop près.

Alors que l’Allemagne se dote d’une armée de 30 000 éoliennes, on apprend avec effroi que chacune d’entre elles est responsable de la mort d’une dizaine de chauves-souris par an. Un véritable massacre à l’échelle industrielle, et pourtant, tout ceci se fait dans le but de sauver la planète.

On ne compte plus les études démontrant les conséquences désastreuses de cette tuerie silencieuse. La chaîne alimentaire, si bien orchestrée par Dame Nature, se retrouve bouleversée. Des ravageurs prolifèrent, et l’Homme, dans sa grande sagesse, doit recourir à la lutte chimique pour tenter de rétablir l’équilibre qu’il a lui-même rompu.

Toutefois, ne soyons pas trop durs avec ces éoliennes. Les dernières nées de cette technologie infernale sont dotées d’un système de mise en veille lors des périodes de forte activité des chauves-souris. Ainsi, la mortalité chute à un ou deux individus par an et par éolienne. Un moindre mal pour ces chauves-souris qui, rappelons-le, ont le mauvais goût de se jeter sur les pales en mouvement.

Les États-Unis ne sont pas en reste. Après avoir liquidé six aigles dorés en Californie, les éoliennes ont déclenché une enquête fédérale. Là-bas aussi, on se pose la question cruciale : comment concilier énergie renouvelable et respect de la biodiversité en danger ?

Les solutions proposées sont loin d’être convaincantes. Déplacer les parcs éoliens hors des flux migratoires engendrerait une fragmentation des habitats, aussi néfaste pour les animaux concernés.

Dans ce contexte, on peut s’interroger sur le véritable prix de cette énergie verte qui, sous ses airs de solution miracle, fait des ravages chez nos amis les bêtes. Finalement, les éoliennes ne sont-elles pas devenues les moulins à vent contre lesquels Don Quichotte aurait eu raison de se battre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.