Le défaut de paiement US: cataclysme monétaire approche

La superpuissance mondiale, la grande Amérique, coule ! Et qui est aux commandes de ce navire qui sombre ? On se le demande. Défaut de paiement ? Les statistiques le crient à qui veut l’entendre : une dette fédérale de 31,7 trillions de dollars ! Que chacun sort donc son chéquier pour apporter sa petite contribution à ce trou noir financier !

Réfléchissons un instant. Quand vous ne pouvez pas payer vos dettes, qu’est-ce qui se passe ? Vous déposez le bilan, vous êtes déclaré en faillite et, dans certains cas, vos biens sont vendus aux enchères. Et qu’en est-il si vous êtes un pays, un État ou une ville ? Les règles sont-elles différentes ?

Les entités gouvernementales sont des artistes du Chapitre 9, la protection contre la faillite. La plus grande surprise serait un défaut de paiement du gouvernement fédéral américain.

La conséquence directe serait un déclassement des obligations fédérales par les agences de notation, avec la réalité des taux d’intérêt plus élevés sur la nouvelle dette fédérale. Le pauvre contribuable américain, déjà sous pression, se verrait imposer des augmentations fiscales pour aider à rembourser cette dette, qui menace de faire imploser l’économie du pays.

La cerise sur le gâteau serait le statut du dollar américain comme monnaie de réserve mondiale. Avec un défaut de paiement, ce statut serait probablement perdu, faisant de la détention de dollars une véritable partie de poker. Les pays détenant des obligations fédérales américaines, les fonds communs de placement et les retraités verraient la valeur de leurs avoirs s’évaporer. Une véritable catastrophe…

L’issue d’un défaut de paiement du gouvernement fédéral américain est inconnue. Et pourtant, ce cauchemar pourrait bien devenir réalité. Reste à savoir quand la grande Amérique décidera de jeter l’éponge et de se déclarer en faillite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.