Clinton, la manipulatrice masquée du scandale Poutine-Trump

Quel triste carnaval que celui de la politique américaine ! Le rapport de Durham vient de révéler un spectacle digne des meilleurs thrillers d’espionnage hollywoodiens, avec en vedette principale : Hillary Clinton, la candidate présidentielle 2016 aux multiples visages.

Selon ce rapport, Clinton aurait fomenté un plan pernicieux pour ternir l’image de son adversaire, le flamboyant Donald Trump, en l’accusant de collusion avec la redoutable Russie de Poutine. Voilà un scenario qui aurait même fait rougir Machiavel !

Et que fait le FBI face à de telles allégations ? Rien. Absolument rien. Alors que les accusations portées contre Trump ont été scrutées à la loupe, celles concernant Clinton ont été balayées d’un revers de main. Le dossier Steele, largement discrédité, qui établissait des liens entre Trump et Moscou, a été utilisé comme un bulldozer pour démolir l’image de Trump.

Par contre, la machination de Clinton ? Ignorée. Oubliée. Enterrée.

Le rapport de Durham soulève donc une question inquiétante sur l’intégrité du FBI et du Département de la Justice. Ces derniers auraient dû prendre au sérieux les renseignements russes indiquant que Clinton avait orchestré une campagne de diffamation contre Trump, en insinuant une ingérence étrangère dans l’élection.

Pendant ce temps, notre brave Trump a dû affronter la tempête médiatique et les accusations infondées, soutenues par le dossier Steele.

Alors, que reste-t-il de cette mascarade ? Un sentiment d’amertume. Une confiance ébranlée dans l’intégrité des institutions américaines. Le rapport de Durham, expose une dérive alarmante.

Elise Stefanik, la présidente du GOP à la Chambre, a exprimé sa vive indignation face au rapport. Elle a dénoncé ce qu’elle considère comme un “abus de pouvoir criminel” commis par le président Obama, alors en poste. Son point de vue est aisément compréhensible dans ce contexte.

Finalement, le véritable héros de cette histoire est Trump, qui a affronté avec courage et détermination une campagne de diffamation sans précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.