Coup d’état technologique Bilderberg en cours ? Les seigneurs de l’IA conspirent au portugal

La belle Lisbonne, souvent célèbre pour son bon vin, son soleil radieux et ses charmantes ruelles pavées, se voit maintenant inondée de magnats de l’IA qui se dirigent vers son littoral pour participer à une réunion secrète. Loin d’être une joyeuse réunion de famille technologique, le Bilderberg Meeting, comme on l’appelle avec tant de mystère, est une affaire totalement secrète, ou presque.

On aperçoit Sam Altman, CEO d’OpenAI, Satya Nadella, CEO de Microsoft, Demis Hassabis, le meneur de Google DeepMind, et Eric Schmidt, ancien CEO de Google, tous venus se retrouver. On ne peut s’empêcher de penser à une adaptation contemporaine de Dracula, avec le Bilderberg Meeting comme château sombre et menaçant où ces personnages planifient peut-être la prochaine grande prédation technologique.

Altman, l’égérie de l’IA, a récemment appelé à une réglementation de l’IA devant le Sénat. Tandis que Schmidt, s’exprimant avec la gravité d’un patriarche, a déclaré que les progrès récents en IA étaient un “moment charnière“. Le danger, affirment-ils, réside dans l’abus possible de la technologie par des acteurs malveillants. C’est peut-être une scène d’Hamlet technologique, sauf que la question est: réglementer ou ne pas réglementer ?

Nadella, l’oracle de Microsoft, s’est allié exclusivement à OpenAI, conduisant à l’intégration de ChatGPT dans le moteur de recherche Bing et le navigateur Edge de Microsoft. Ils sont allés jusqu’à fusionner Microsoft 365 Copilot dans la suite de programmes Microsoft Office. S’agit-il d’une ingéniosité audacieuse ou d’un monopole grandissant?

Google, entre-temps, a fusionné DeepMind avec Google Brain pour créer Google DeepMind. S’agit-il d’une bataille féroce pour le trône de l’IA? À qui appartient le futur de l’IA – à Google ou à l’ambitieux OpenAI?

Ces maîtres de l’IA et d’autres élites discuteront derrière des portes fermées, sous les règles de la Chatham House. Les théories du complot pullulent, peignant un tableau de machinations obscures et d’ordres idéologiques imposés. Les sujets varient du secteur bancaire à la transition énergétique, en passant par les défis fiscaux et la politique industrielle et commerciale. Plus sombre encore, la géopolitique s’infiltre également avec des discussions sur la Chine, l’Europe, l’Inde, l’OTAN, la Russie, les menaces transnationales, l’Ukraine et le leadership américain.

Pourtant, la vérité reste enfermée derrière des portes verrouillées. Alors que le futur de l’IA se joue peut-être en secret à Lisbonne, nous, spectateurs, ne pouvons que spéculer sur les intrigues qui se déroulent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.