Quand les virologues joueront avec le feu, qui éteindra les flammes ?

Nombreux sont ceux qui s’inquiètent de ces recherches, qui auraient pu être à l’origine de la pandémie de Covid-19, et pourtant, aucune régulation réelle ne les contrôle, ni aux États-Unis ni ailleurs.

Je peux déjà entendre les objections : mais enfin, qu’en est-il des nouvelles règles mises en place par les NIH en 2017, après une “pause” de 3 ans dans certaines recherches en gain de fonction ? Ces règles étaient totalement inefficaces, mais j’y reviendrai dans un instant.

Malgré mes arguments, et les préoccupations de nombreux autres scientifiques exprimées dans divers forums et articles depuis au moins une décennie, la communauté des virologues persiste à affirmer que toute limite au gain de fonction est inutile et que celui-ci est merveilleusement bénéfique. Un groupe de 156 virologues a même écrit un article d’opinion, publié dans le Journal of Virology, faisant valoir ce point.

J’ai tenté de convaincre certains de mes collègues du monde des maladies infectieuses que le gain de fonction devrait être interdit, et j’ai découvert que beaucoup d’entre eux, même certains non-virologues, s’opposent à toute régulation gouvernementale de la recherche en gain de fonction.

Ils ont tort. Cependant, ils soulèvent une préoccupation importante que je pense être valable, et que j’aborderai dans cette chronique. Leur inquiétude est que toute régulation gouvernementale sera maladroite et risque de limiter ou d’empêcher toute une série d’expériences très utiles pouvant conduire à de nouveaux médicaments et vaccins bénéfiques.

Je comprends. Lorsque le gouvernement tente de réguler la science, il peut rédiger des règles beaucoup trop vastes, ou qui sont mal interprétées même si elles sont bien écrites, et des conséquences imprévues s’ensuivent. Alors ne faisons pas cela : ci-dessous, j’expliquerai ce que je pense devoir être interdit.

Mais n’oublions pas pourquoi nous avons ce débat en ce moment : il est fort possible que la pandémie de Covid-19 ait commencé dans un laboratoire menant des recherches en gain de fonction sur les coronavirus. Nous savons que l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) menait ce type de recherches, ce fait n’est pas contesté. Nous ne savons pas (et nous ne le saurons peut-être jamais) si le virus Covid-19 d’origine est apparu suite à une fuite de laboratoire, mais cela aurait pu être le cas. C’est pourquoi nous nous demandons si ces recherches valent le risque encouru.

Alors, comment pouvons-nous mettre en place des restrictions intelligentes pour éviter les recherches dangereuses en gain de fonction à l’avenir ?

D’abord, plutôt que de rejeter toute restriction, comme l’ont fait certains virologues, les scientifiques devraient travailler avec le gouvernement pour élaborer un ensemble réfléchi de limitations. Pour commencer :

  1. Les recherches visant à créer de nouvelles souches du virus Covid (SARS-CoV-2) susceptibles d’avoir une virulence ou une transmissibilité accrue devraient être totalement interdites.
  2. Les recherches qui donnent à des virus non humains, y compris la grippe aviaire et les coronavirus de chauve-souris, la capacité d’infecter de nouveaux animaux, devraient être interdites.

Aux scientifiques qui ne peuvent même pas s’accorder sur ces restrictions, je leur dirais qu’il semble que vous vous opposiez à toutes les restrictions. Si telle est votre position, alors le gouvernement pourrait intervenir et imposer des interdictions beaucoup plus larges, ce qui n’est pas susceptible d’être une bonne chose. Si vous acceptez ces deux restrictions, peut-être pourrions-nous les élargir légèrement pour couvrir d’autres types de travaux en gain de fonction très risqués.

Enfin, permettez-moi de revenir sur un point que j’ai déjà soulevé, mais qui mérite d’être répété : les avantages supposés de la recherche en gain de fonction sont pratiquement nuls. L’affirmation selon laquelle la recherche en gain de fonction qui rend un virus plus mortel nous aidera à “comprendre la pathogénicité” ou à “être prêts pour la prochaine pandémie” ne sont que des arguments en l’air. J’ai écrit une chronique entière le mois dernier expliquant pourquoi ces affirmations sont fondamentalement erronées, je ne vais donc pas répéter cela ici.

Si nous interdisons certaines recherches en gain de fonction, avec des règles soigneusement élaborées, nous ne perdrons rien. Au contraire, nous gagnerons au moins deux choses : premièrement, les virologues pourront appliquer leur expertise à des travaux de virologie véritablement bénéfiques, et deuxièmement, la communauté scientifique retrouvera une partie de la confiance qu’elle a perdue pendant la pandémie. Cela semblerait être une bonne chose.

Alors, chers virologues, arrêtez de jouer avec le feu et mettez-vous d’accord sur des règles raisonnables avant que tout ne parte en fumée. Après tout, ce n’est qu’une question de temps avant que la prochaine pandémie ne frappe, et nous aimerions éviter de nous demander si, encore une fois, elle a été déclenchée par vos expériences risquées dans un laboratoire.

https://www.forbes.com/sites/stevensalzberg/2023/04/17/what-is-gain-of-function-research-and-why-should-it-be-banned/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.