Les États-Unis auraient-ils financé l’apocalypse virale en Chine ?

Et si cette histoire de COVID-19 avait été orchestrée par les plus grandes puissances scientifiques ? Ce mercredi, Judicial Watch nous dévoile des documents qui semblent tout droit sortis d’un mauvais roman d’espionnage. Préparez-vous à savourer cet air de déjà-vu apocalyptique.

Selon ces révélations, l’organisation EcoHealth Alliance aurait reçu 552 pages de dossiers émanant du département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) détaillant leur collaboration avec l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) en Chine. Le but avoué : créer des virus mutants pour “mieux prédire la capacité des CoV [coronavirus] à infecter les humains”. Charmant, n’est-ce pas ?

Mais attendez, il y a mieux ! Les scientifiques d’EcoHealth Alliance avaient pour projet de séquencer la protéine spike des coronavirus issus des chauves-souris afin de créer des mutants capables d’utiliser l’ACE2, la clé permettant aux virus d’infiltrer les cellules humaines. Une expérience digne des plus grands savants fous de la littérature.

Et si vous vous demandez comment ces informations ont été obtenues, sachez que c’est grâce à une demande de Freedom of Information Act (FOIA) déposée par Judicial Watch en décembre 2021. L’ironie de la situation est délicieuse : des demandes de transparence qui mettent en lumière les sombres manigances du monde scientifique.

Le plus délicieux dans tout cela, c’est que le financement de ce projet titanesque de 3,3 millions de dollars provenait directement des États-Unis. Oui, vous avez bien lu : les États-Unis auraient peut-être financé la genèse de cette pandémie qui a bouleversé nos vies et transformé notre planète en véritable cauchemar.

Tom Fitton, président de Judicial Watch, déclare avec un pessimisme des plus réjouissants : “Cette affaire de gain de fonction devrait faire l’objet d’enquêtes criminelles”. Quelle belle histoire, n’est-ce pas ? Alors que le monde continue de se débattre avec les conséquences de la COVID-19, on apprend que les États-Unis et la Chine pourraient avoir joué les apprentis sorciers en laboratoire. Et dire qu’on pensait avoir touché le fond…

Dans un monde où l’absurdité semble être devenue la norme, cette révélation ne fait que confirmer l’adage : la réalité dépasse souvent la fiction. Et pour le coup, on aurait presque envie de rire si ce n’était pas aussi tragique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.