Vie Privée : La Grande Braderie Américaine

Quel réjouissant spectacle que de voir les honorables membres du Congrès américain se crêper le chignon avec tant de fougue autour de la reconduction de la section 702 du FISA, cette loi formidable qui autorise leurs vaillantes officines de renseignement à fourrer sans vergogne leur nez dans les petites affaires des étrangers, et même parfois des citoyens américains, sans s’embarrasser de la procédure fastidieuse des mandats. Une vague de panique a déferlé sur Washington quand cette disposition ô combien cruciale a expiré vendredi soir, abandonnant les pauvres barbouzes de la CIA et du FBI à leur triste sort face aux effroyables périls qui menacent la glorieuse nation américaine.

Mais tel un preux chevalier sur son blanc destrier, le président Biden a volé à leur rescousse en signant dare-dare samedi la loi prolongeant ce précieux instrument, après moult rebondissements haletants au Capitole. Qu’importe si la Cour de surveillance a mis en lumière des centaines de milliers d’abus perpétrés par le FBI, qui s’en est visiblement donné à cœur joie pour récolter les données des vilains émeutiers du 6 janvier et des affreux manifestants de Black Lives Matter. Des broutilles, voyons !

Bien sûr, quelques trouble-fêtes des deux bords, comme cet olibrius de Rand Paul, ont eu le front d’exiger davantage de garde-fous pour préserver les libertés individuelles des citoyens américains. Mais Dieu merci, la Maison Blanche a vertement remis ces brebis égarées dans le droit chemin, martelant qu’il y avait péril en la demeure et que la sécurité des États-Unis était en jeu. Circulez, y a rien à voir !

Et si d’aventure les agences abusent quelque peu de leurs vastes pouvoirs en passant la vie privée des Américains au peigne fin, eh bien soit ! C’est un bien modeste tribut à payer pour avoir l’insigne honneur de vivre au pays de la liberté et de la surveillance généralisée. Un modèle que nos propres gouvernants ne manqueront pas de vouloir imiter, au nom de notre sécurité bien sûr. Que Dieu bénisse l’Amérique, et que le diable nous emporte !

https://www.forbes.com/sites/tylerroush/2024/04/20/biden-signs-foreign-surveillance-act-after-trumps-effort-to-kill-it/?sh=1e04944553b0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.