Viagra pour enfants : la pilule qui fait mal

La FDA a décidé d’approuver l’utilisation du Viagra pour les enfants âgés de 1 à 17 ans. Leur argument ? Le traitement d’une forme rare d’hypertension pulmonaire. Mais le tableau est bien plus sombre qu’il n’y paraît.

La décision de la FDA repose sur des données de sécurité chez l’adulte. C’est comme si on comparait des pommes et des oranges. Les essais cliniques de phase III ont inclus six patients pédiatriques. Six. Pas des milliers, comme on pourrait s’y attendre pour une décision aussi grave. Alors, comment la FDA peut-elle déclarer le Viagra sûr pour les enfants ? C’est un mystère qui reste à résoudre.

Qui plus est, le Viagra a déjà été utilisé hors AMM chez les enfants. Oui, sans essais cliniques, le produit a été administré à des enfants pendant des années. C’est comme si on jouait à la roulette russe avec un pistolet chargé. Et le coût ? Des effets secondaires graves et même des décès. Mais apparemment, pour la FDA, c’est un prix acceptable à payer.

Le Viagra, initialement conçu pour améliorer le flux sanguin chez les patients atteints de maladies chroniques, a fini par provoquer des érections. Et des effets cardiaques indésirables. Résultat ? Il est contre-indiqué pour la population à laquelle il était initialement destiné. Ironique, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, le Viagra est principalement utilisé comme drogue de fête. Seulement un tiers de son utilisation est médicale, le reste est pour faire la fête. Et chez les enfants ? Il y a des rapports d’érections douloureuses chez des enfants de deux ans. Imaginez l’impact sur un adolescent en pleine puberté.

Et que dire des risques d’abus par des individus mal intentionnés ? Avec cette décision, la FDA ouvre la porte à des abus potentiels. Des pervers pourraient utiliser le Viagra pour commettre des actes répréhensibles sur des enfants. C’est une perspective terrifiante.

La FDA semble avoir perdu le sens de la prudence, et le mot est faible. Pourquoi avoir autoriser pareille folie… On peut craindre le pire.

https://publications.aap.org/aapnews/news/24707?autologincheck=redirected&s=08

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.