Censure covid: un carnaval de la mort

Richard Feynman

Ah, la belle époque de 1986, quand les navettes spatiales explosaient et les physiciens lauréats du prix Nobel comme Richard Feynman nous rappelaient que la nature ne peut être trompée. Si seulement il avait ajouté : “Et les gouvernements non plus.”

Trois ans de relations publiques pandémiques ont transformé la nature en une blague de mauvais goût, engendrant peur, maladie, inflation et une mortalité excessive qui ferait rougir le virus lui-même. La censure numérique, cette grande marionnettiste de l’ombre, a orchestré ce grand spectacle de l’absurde.

Terry Doughty

Le 4 juillet, jour de l’indépendance, ironiquement, le juge de district américain Terry Doughty a décidé de faire une pause dans la comédie, bloquant temporairement la collaboration entre les agences fédérales, la Maison Blanche et les entreprises de médias sociaux pour censurer la parole. Un coup de théâtre dans le procès Missouri v. Biden a révélé un réseau d’agences gouvernementales, de firmes de médias sociaux, de centres universitaires et de soi-disant chiens de garde de la désinformation. Un véritable carnaval de l’absurde.

Et qui est le maître de cérémonie de ce carnaval ? Elon Musk, bien sûr, qui a révélé que jusqu’à 80 agents du FBI étaient incrustés dans les entreprises de médias sociaux. Leur mission ? Pas la lutte contre le terrorisme, non. Plutôt la chasse aux mauvaises pensées des citoyens américains, y compris des scientifiques éminents qui osaient suggérer des alternatives à la politique Covid.

Jay Bhattacharya

Et les résultats de ce grand spectacle ? Twitter a banni le médecin et économiste de Stanford Jay Bhattacharya pour avoir osé montrer que Covid menaçait presque exclusivement les personnes âgées.

Scott Atlas

YouTube a effacé la vidéo la plus populaire de Scott Atlas, opposé aux confinements, comme on efface une tache sur un tapis.

Twitter a banni Robert Malone, pionnier de la technologie des vaccins à ARNm, pour avoir osé parler des dangers des vaccins. Et ce ne sont que quelques exemples des victimes de ce carnaval de la censure.

Mais n’accusons pas uniquement les plateformes de médias sociaux. Les écoles de médecine, les conseils médicaux, les revues scientifiques et les médias traditionnels ont tous chanté le même air de la censure.

Des légions de médecins sont restées silencieuses après avoir été témoins de la diabolisation de leurs pairs qui ont osé défier l’orthodoxie de Covid. Un peu de censure, et tout le monde se tait. Des millions de patients et de citoyens ont été privés d’informations importantes en conséquence.

Les autorités sanitaires et les médecins de télévision ont insisté sur le fait que les jeunes étaient vulnérables, ont exigé que les tout-petits portent des masques, ont fermé les écoles, les plages et les parcs, et ont été réticents à envisager une analyse coût-bénéfice cruciale. L’économie ? La santé mentale ? Jamais entendu parler d’eux.

Ces “experts” ont nié les effets protecteurs de l’immunité récupérée, un phénomène que nous connaissons depuis la peste d’Athènes en 430 av. J.-C. Ils ont effectivement interdit les médicaments génériques approuvés par la Food and Drug Administration, tels que l’azithromycine et l’ivermectine, que les nations à faible revenu du monde entier déployaient avec succès. Ils n’ont pas su apprécier les dynamiques évolutives de la vaccination de masse pendant une pandémie.

Le gouvernement américain a dépensé 6 billions de dollars pour soutenir son économie fermée, et la plupart des gens ont quand même attrapé le Covid. Le pire de tout, les confinements et les mandats ont entraîné des résultats castastrophiques sans précédent pour les jeunes et les personnes d’âge moyen dans les pays riches.

La mortalité excessive dans la plupart des nations à revenu élevé était pire en 2021 et 2022 qu’en 2020, l’année initiale de la pandémie. De nombreux pays plus pauvres avec moins de contrôle gouvernemental s’en sortaient mieux. La Suède, qui n’a pas eu de confinement, a mieux performé que presque toutes les autres nations avancées.

Après avoir navigué en 2020 avec un succès relatif, les jeunes et les personnes d’âge moyen en bonne santé dans les nations riches ont commencé à mourir en nombre sans précédent en 2021 et 2022. Les autorités sanitaires n’ont pas assez insisté sur ce cataclysme de mort prématurée due à des crises cardiaques non-Covid, des accidents vasculaires cérébraux, des embolies pulmonaires, des insuffisances rénales et des cancers.

Cacher ces réalités et d’autres est devenu plus difficile à l’ère d’internet. L’explosion de l’information a permis à plus de gens de repérer rapidement les erreurs des responsables et de connaître la vérité. Cela a changé la relation entre les autorités et ceux qu’elles gouvernent. Ceux qui sont en charge se sentent menacés.

La censure numérique est leur réponse à cette crise d’autorité. Mais c’était bien pire avant internet, lorsque les mythes pouvaient persister pendant des siècles. Les nouvelles technologies nous permettent de compiler rapidement des données, de corriger des erreurs, de trouver des faits et de dissiper des faussetés. La science, soutenue par un internet ouvert, est le processus par lequel nous réduisons la désinformation et nous approchons de la vérité.

L’intelligence artificielle améliorera notre capacité à tamiser, analyser, éditer, authentifier et organiser l’information s’il n’y a pas de censure. Lorsque vous entendez des appels à la licence ou au contrôle centralisé de l’IA, souvenez-vous de l’arrogance de la censure Covid.

Anthony Fauci

“Les attaques contre moi”, a insisté le Dr Anthony Fauci, “sont, en toute franchise, des attaques contre la science”. Feynman aurait été consterné. “La science“, a-t-il judicieusement noté, “est la croyance dans l’ignorance des experts.

https://archive.md/vvOfW#selection-171.5-363.220

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.