Vérité Interdite : L’Angleterre Sous Censure Officielle

Écouter l'article

La nouvelle “Loi sur la sécurité en ligne” récemment adoptée au Royaume-Uni pose question. En introduisant le délit de publication de contenus mensongers punissable d’un an de prison, tout en accordant une étonnante exemption aux médias traditionnels, elle consacre une forme de deux poids deux mesures problématique.

Comment justifier qu’un simple internaute soit criminalisé pour une infox, tandis que les grands médias bénéficient d’une immunité ? Certes, leur rôle de vigie démocratique mérite protection. Mais ce régime d’exception interroge. Consacrer par la loi l’irresponsabilité des groupes de presse établis vis-à-vis des infox affaiblit la crédibilité de leur mission d’information.

De plus, la loi charge le régulateur Ofcom et un comité de sélection de formuler des recommandations pour lutter contre la désinformation. Mais attention : leur pouvoir se limite à des avis consultatifs pour établir des bonnes pratiques, et non pour juger arbitrairement les contenus. Reste que ce flou réglementaire n’est pas sans risque et devra être surveillé.

Surtout, en accordant une sorte de blanc-seing légal aux médias mainstream pour relayer des contenus faux, cette loi sape sa propre légitimité. Comment faire confiance aux autorités pour protéger l’information, quand les principaux pourvoyeurs d’intox échappent à tout contrôle sous couvert d’immunité ? C’est un contresens.

Sous couvert de lutte contre la désinformation, c’est une véritable police de la pensée qui voit le jour. Tandis que les citoyens se verront bâillonner pour un simple partage d’infox, les grands médias auront toute latitude pour manipuler l’opinion.

Ce deux poids deux mesures consacre un système orwellien de désinformation institutionnelle. Il justifie le muselage des voix dissidentes au profit de la propagande des élites. La réputation des médias traditionnels en sort durablement entachée : comment faire confiance à ceux qui obtienent le droit de mentir en toute impunité ?

https://www.zerohedge.com/political/uks-online-safety-act-officially-grants-msm-premission-publish-lies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.