Tous fous ? Le plan coûteux de l’UE.

La Commission européenne, cette entité lointaine et mystérieuse qui semble avoir une mainmise sur tout, a décidé de s’occuper de notre santé mentale. Après avoir signé des contrats de plusieurs milliards d’euros pour les vaccins, sans aucune transparence et en protégeant les laboratoires, elle se tourne maintenant vers notre bien-être mental.

La Commission a annoncé son intention de présenter une “nouvelle initiative sur la santé mentale” en 2023. Une approche globale de la santé mentale a été développée après une vaste consultation avec les États membres, les parties prenantes et les citoyens. Cette approche reconnaît que la santé mentale concerne plus que la simple santé et implique donc fortement des domaines tels que l’éducation, la numérisation, l’emploi, la recherche, le développement urbain, l’environnement et le climat.

La Commission a adopté la Communication sur une approche globale de la santé mentale le 7 juin 2023. Cette communication aidera les États membres et les parties prenantes à prendre rapidement des mesures pour faire face aux défis de la santé mentale. Les 20 “phares” de la Communication, qui identifient des opportunités de financement d’une valeur de 1,23 milliard d’euros, soutiendront directement et indirectement les États membres dans la mise en œuvre d’une approche globale de la santé mentale.

La Commission européenne a soutenu des actions et des projets au cours des 25 dernières années qui améliorent la santé mentale des personnes dans l’UE et au-delà. C’est une soit disant, priorité pour la Commission. (…)

Cependant, il est difficile de ne pas être sceptique. Après tout, la Commission européenne est la même entité qui a signé des contrats de plusieurs milliards d’euros pour les vaccins sans aucune transparence. Et maintenant, elle veut s’occuper de notre santé mentale. C’est comme si un pyromane proposait de devenir pompier.

On peut se demander où cet argent va réellement aller et qui va en bénéficier. Après tout, l’histoire nous a montré que lorsque de grandes sommes d’argent sont en jeu, la transparence et l’éthique peuvent souvent être mises de côté.

En fin de compte, il est difficile de ne pas voir cette initiative comme une autre tentative de la Commission européenne de s’immiscer dans nos vies. Peut-être que la Commission devrait se concentrer sur la résolution des problèmes qu’elle a elle-même créés, plutôt que de chercher à s’occuper de notre santé mentale. Après tout, qui sait mieux ce dont nous avons besoin pour notre bien-être mental que nous-mêmes ?

Il est également important de noter que la santé mentale est un sujet complexe qui ne peut pas être résolu simplement en jetant de l’argent dessus. Il nécessite une compréhension nuancée des problèmes individuels et sociétaux, ainsi qu’une approche holistique qui prend en compte tous les aspects de la vie d’une personne. Il est douteux que la Commission européenne, avec sa tendance à la bureaucratie et à la réglementation, soit capable de fournir une telle approche.

En fin de compte, cette initiative soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Il reste à voir si elle sera bénéfique pour la santé mentale des citoyens de l’UE, ou si elle ne servira qu’à remplir les poches de ceux qui sont déjà au pouvoir. Et si finalement, l’UE s’arrogeait le pouvoir de vous enfermer en asile psychiatrique ? Une perspective effrayante, mais qui semble de moins en moins farfelue au vu des récentes actions de la Commission. Restons vigilants.

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_23_3050

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.