Des apprentis sorciers créent des embryons humains synthétiques

Dans une avancée qui pourrait être qualifiée de révolutionnaire ou de terrifiante, selon votre point de vue, des scientifiques ont réussi à créer des embryons humains synthétiques. Ces embryons, créés à partir de cellules souches, pourraient potentiellement aider à la recherche sur les troubles génétiques et les causes biologiques des fausses couches récurrentes. Cependant, ils soulèvent également des questions éthiques et légales majeures, car ces entités cultivées en laboratoire échappent à la législation actuelle au Royaume-Uni et dans la plupart des autres pays.

Ces structures n’ont ni cœur battant ni début de cerveau, mais comprennent des cellules qui typiquement se développent pour former le placenta, le sac vitellin et l’embryon lui-même. Professeur Magdalena Żernicka-Goetz, de l’Université de Cambridge et de l’Institut de Technologie de Californie, a décrit le travail lors d’une conférence plénière à la réunion annuelle de la Société Internationale pour la Recherche sur les Cellules Souches à Boston.

Professeur Magdalena Żernicka-Goetz

Il n’y a pas de perspective à court terme d’utilisation clinique de ces embryons synthétiques. Il serait illégal de les implanter dans l’utérus d’un patient, et il n’est pas encore clair si ces structures ont le potentiel de continuer à mûrir au-delà des premiers stades de développement.

L’objectif de ce travail est de permettre aux scientifiques de comprendre la période de développement dite “boîte noire“, car ils ne sont autorisés à cultiver des embryons en laboratoire que jusqu’à une limite légale de 14 jours. Ils reprennent ensuite le cours du développement beaucoup plus loin en examinant les scans de grossesse et les embryons donnés pour la recherche.

Cependant, il reste une question importante sans réponse : ces structures ont-elles, en théorie, le potentiel de se développer en un être vivant ? Les embryons synthétiques cultivés à partir de cellules de souris semblaient presque identiques aux embryons naturels. Mais lorsqu’ils ont été implantés dans l’utérus de souris femelles, ils ne se sont pas développés en animaux vivants. En avril, des chercheurs en Chine ont créé des embryons synthétiques à partir de cellules de singe et les ont implantés dans l’utérus de singes adultes, dont quelques-uns ont montré les premiers signes de grossesse mais aucun n’a continué à se développer au-delà de quelques jours. Les scientifiques disent qu’il n’est pas clair si la barrière à un développement plus avancé est simplement technique ou a une cause biologique plus fondamentale.

Cette avancée scientifique, bien que potentiellement bénéfique pour la recherche médicale, ouvre une boîte de Pandore éthique et légale. Les embryons synthétiques, créés en laboratoire, semblent presque identiques aux embryons naturels, mais leur potentiel de développement reste incertain. Le fait que la science dans ce domaine évolue plus rapidement que la loi soulève des préoccupations majeures. Si ces structures ont le potentiel de se développer en un être vivant, nous nous trouvons sur une pente glissante, dépassant avec les limites de ce qui est éthiquement et moralement acceptable.

Avec la création d’embryons synthétiques, les scientifiques semblent jouer le rôle du Dr. Frankenstein, créant la vie dans leurs laboratoires, sans savoir si les conséquences seront une avancée pour l’humanité ou un monstre incontrôlable.

https://www.theguardian.com/science/2023/jun/14/synthetic-human-embryos-created-in-groundbreaking-advance?CMP=Share_iOSApp_Other

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.