Tissu humain + silicium: le cocktail risqué ?

L’Australie a décidé de financer une expérience digne d’un film de science-fiction de série B. L’idée ? Fusionner des cellules cérébrales humaines avec de l’intelligence artificielle. Pourquoi ? Peut-être pour créer le premier Terminator australien ou pour simplement s’assurer que nos futurs robots surdoués aient une petite touche “humaine”.

L’Université Monash, a reçu une subvention de près de 600 000 AUD pour cultiver des cellules cérébrales humaines sur des puces en silicium. Ces cellules, une fois bien confortables dans leur nouvelle maison en silicium, seront “éduquées” pour effectuer des tâches spécifiques. L’année dernière, ces mêmes cellules ont joué à un jeu d’ordinateur simpliste, Pong. Un exploit qui a, étonnamment, captivé l’attention mondiale. Peut-être que la prochaine étape sera de les faire jouer à Tetris ou Candy Crush.

Le professeur associé Adeel Razi, qui dirige ce cirque scientifique, a déclaré que leur travail “fusionne les domaines de l’intelligence artificielle et de la biologie synthétique pour créer des plateformes informatiques biologiques programmables”. En d’autres termes, ils essaient de créer un ordinateur vivant.

Selon le professeur Razi, cette nouvelle technologie pourrait éventuellement surpasser les performances des équipements actuels basés uniquement sur le silicium.

Cette recherche a été financée par un organisme de subvention australien prestigieux car, selon eux, la nouvelle génération d’applications d’apprentissage automatique nécessitera une nouvelle forme d’intelligence machine capable d’apprendre tout au long de sa vie. C’est ce qu’ils appellent “l’apprentissage continu tout au long de la vie”. En gros, ils veulent que les machines apprennent comme des humains, sans oublier les anciennes compétences lorsqu’elles en acquièrent de nouvelles.

Dish brain

Le but du projet est de comprendre les mécanismes biologiques qui sous-tendent cet apprentissage continu. Pour cela, ils utiliseront le système DishBrain, qui n’est rien d’autre qu’un plat rempli de cellules cérébrales humaines.

Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?

https://www-monash-edu.translate.goog/turner-institute/news-and-events/latest-news/2023-articles/research-to-merge-human-brain-cells-with-ai-secures-national-defence-funding?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr#:~:text=Monash%20University%2Dled%20research%20into,Security%20Discovery%20Research%20Grants%20Program.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.