Scandale économique : l’Argentine trahit le dollar et s’acoquine avec le yuan chinois

Les temps sont durs en Argentine, où le gouvernement a décidé de passer outre le dollar et de lancer une nouvelle ère économique avec le yuan chinois. Cette décision audacieuse, annoncée mercredi dernier, a pour objectif de soulager les réserves de dollars en chute libre dans ce pays en perdition.

Dès avril, l’Argentine prévoit de payer environ 1 milliard de dollars d’importations chinoises en yuan, et par la suite, près de 790 millions de dollars d’importations mensuelles seront payées dans la devise chinoise. Une belle trahison du billet vert, si chèrement acquis.

Le ministre de l’Économie argentin, Sergio Massa, a annoncé cette mesure lors d’un événement mémorable suite à une rencontre avec l’ambassadeur de Chine, Zou Xiaoli, et diverses entreprises de tous horizons. La décision survient alors que l’Argentine est aux prises avec une crise de liquidités en dollars, causée par la chute de ses exportations agricoles et l’incertitude politique qui règne en amont des élections.

En novembre dernier, dans un geste désespéré pour maintenir son économie à flot, l’Argentine a étendu un swap de devises avec la Chine de 5 milliards de dollars, cherchant à renforcer ses réserves internationales.

Grâce à cet accord, l’Argentine pourra “travailler sur la possibilité” d’accélérer le rythme des importations, a ajouté Massa, avec des ordres d’importation libellés en yuan autorisés en 90 jours plutôt que les 180 jours habituels. Une véritable course contre la montre pour éviter le naufrage économique.

L’Argentine tourne ainsi le dos au dollar et s’offre un nouvel avenir avec le yuan chinois. Ne dit-on pas que “qui se ressemble s’assemble” ? Puisse l’Argentine retrouver la prospérité avec ce nouveau partenaire économique, ou bien sombrer dans les abysses de la dérision monétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.