RSA : Chômeurs réduits à l’esclavage ? Le gouvernement dévoile sa dernière trouvaille !

Le gouvernement français vient de décider, dans sa grande sagesse, que les bénéficiaires du RSA devront désormais travailler 15 à 20 heures par semaine, sans aucune contrepartie, sous peine de perdre leur allocation. Une mesure qui prouve une fois de plus que notre cher gouvernement ne recule devant rien pour traiter les chômeurs comme des esclaves modernes.

La Première ministre Elisabeth Borne, qui semble avoir oublié que le RSA était censé être une aide pour les personnes en difficulté, a annoncé cette mesure absurde lors d’une interview à la télévision. Selon elle, il ne s’agit pas de “faire travailler sans payer” les allocataires du RSA, mais de “leur permettre de découvrir des métiers, de se former si besoin”. En somme, une manière déguisée de dire qu’ils devront travailler gratuitement pour le bon plaisir du gouvernement.

Ce qui est particulièrement choquant, c’est que cette mesure est déjà en cours d’expérimentation dans une vingtaine de départements, et qu’elle concerne près de 40 000 allocataires du RSA. Une véritable honte pour un pays qui se targue d’être le berceau des droits de l’homme et qui se vante de sa devise “Liberté, Égalité, Fraternité”.

Évidemment, le gouvernement tente de justifier cette mesure en invoquant un “contrat d’engagement réciproque avec des droits et des devoirs”. En réalité, cela revient simplement à donner l’illusion que les allocataires du RSA sont traités équitablement, alors qu’ils sont en fait contraints de travailler pour des miettes.

L’ancien directeur de l’AP-HP, Martin Hirsch, a eu bien raison de qualifier cette réforme du RSA de “rétrogradation sociale”. Car, en effet, cette mesure ne fait que renforcer les inégalités et la précarité des personnes les plus vulnérables de notre société. Mais après tout, n’est-ce pas là le véritable objectif du gouvernement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.