Orban dénonce: l’UE, une coquille vide, prête à s’effondrer

L’Union Européenne est-elle sur le point de sombrer dans l’abîme de la faillite ? Selon le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, la réponse est un retentissant «oui». Il a récemment exprimé son mécontentement face à la proposition de la Commission européenne d’ajouter 50 milliards d’euros au budget de l’UE pour aider l’Ukraine. Orban a déclaré que l’UE ne peut même pas rendre compte de la manière dont les fonds précédents ont été dépensés.

Viktor Orban

Orban a souligné que les États membres sont sollicités pour contribuer encore 50 milliards d’euros au budget «afin qu’ils puissent le donner à l’Ukraine». Il a également critiqué l’UE pour avoir demandé des centaines de milliards supplémentaires pour «laisser entrer plus de migrants». Et comme si cela ne suffisait pas, il a également dénoncé l’augmentation des salaires des bureaucrates de Bruxelles, qui, selon lui, remplissent «leurs propres poches».

Il est clair que le Premier ministre hongrois est préoccupé par la manière dont l’argent de l’UE est dépensé. Il a déclaré : «Nous voulons savoir pour quoi les énormes sommes d’argent que nous avons donné jusqu’à présent ont été dépensées.» Il semble que la transparence financière soit une denrée rare au sein de l’UE.

Les Premiers ministres européens discutent actuellement du gigantesque «plan de sauvetage» ordonné par la Commission européenne. Ce plan vise à «financer les dépenses de fonctionnement du gouvernement ukrainien et la reconstruction des infrastructures de base». Il est financé à hauteur de 50 milliards d’euros par les États membres.

Cet argent passera entre les mains de BlackRock et JPMorgan Chase, avant de finir dans l’un des pays les plus corrompus du monde, l’Ukraine.

Il est difficile de ne pas voir la logique derrière les préoccupations d’Orban. Après tout, pourquoi l’UE devrait-elle continuer à verser des milliards d’euros dans un pays notoirement corrompu sans aucune garantie de transparence financière ? Et pourquoi les bureaucrates de Bruxelles devraient-ils bénéficier d’augmentations de salaire alors que l’UE est au bord de la faillite ?

Il est clair que l’UE est confrontée à une crise financière majeure. Et si les dirigeants de l’UE ne prennent pas rapidement des mesures pour résoudre ces problèmes, ils pourraient bien se retrouver à la tête d’une Union en faillite. Orban a peut-être raison : l’UE est peut-être vraiment au bord de la faillite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.