Le nouveau monde de connectivité qui bouleverse l’ordre du G7

Asseyez-vous, accrochez-vous et préparez-vous à un voyage épique dans le nouvel ordre multipolaire, façonné par les alliés improbables que sont la Russie, l’Iran, l’Inde. Leur audace stratégique, orchestrée au sein de l’INSTC (Corridor de Transport Nord-Sud International), donne des sueurs froides au G7.

Qui aurait pu prédire que le port stratégique de Chabahar, en Iran, allait jouer un rôle pivot ? L’histoire s’écrit sous nos yeux, avec une note de 1,6 milliard de dollars signée entre l’Iran et la Russie pour construire une voie ferrée de 162 km de Rasht à Astara.

La Chine, quant à elle, n’est pas en reste. Son Initiative Belt and Road (BRI) est une autre arme puissante dans cette grande partie d’échecs géopolitique. Quelle surprise alors que le port de Chabahar se trouve courtisé non seulement par l’Inde et la Russie, mais aussi par la Chine !

Avez-vous déjà entendu parler du port pakistanais de Gwadar, dans la mer d’Arabie, qui est la cerise sur le gâteau du Corridor économique sino-pakistanais (CPEC) ? Eh bien, Chabahar est son contrepoint, un contre-coup stratégique dans ce jeu complexe.

La seule ombre au tableau pour l’Inde est son retard à offrir les arrangements financiers nécessaires pour faire avancer les choses. Cela a poussé l’Iran vers la Russie et la Chine, changeant radicalement la dynamique.

L’enjeu pour la Russie est de taille. Avec le fonctionnement optimal de Chabahar, le coût du transport des marchandises de l’Inde peut être réduit de 20 %. Un véritable cadeau du ciel pour Moscou, en proie à des sanctions occidentales et à une impasse en Ukraine.

Quant à la Chine, elle s’investit dans la route de transit Est-Ouest, également connue sous le nom de Corridor central. Sa mise en œuvre pourrait perturber les plans du G7 et de l’INSTC. Toutefois, la résilience de ces derniers ne doit pas être sous-estimée.

Un dernier grain de sel dans ce cocktail géopolitique est le Corridor de Zangezur, soutenu par l’UE et l’oligarchie britannique. Ce dernier vise à relier l’UE à la Transcaucasie et à l’Asie centrale, mettant en péril l’Armenie.

Le nouvel ordre multipolaire ne fait que commencer. Une partie stratégique entre la Chine, la Russie, l’Iran et l’Inde se joue et c’est le monde entier qui est sur le point d’être bouleversé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.