l’IA qui fait de nous ses prochains PIGEONs

Conçue par trois étudiants de Stanford, l’IA PIGEON (Predicting Image Geolocations) est capable de localiser n’importe quelle image dans le monde avec une précision remarquable. Grâce à un entraînement sur des centaines de milliers de photos Google Street View, ce réseau de neurones peut identifier le pays d’origine d’une image dans 95% des cas, et souvent situer le lieu exact à moins de 40 km près.

Attirés par le jeu en ligne GeoGuessr qui défie les joueurs de situer des photos mystère, Michal Skreta, Silas Alberti et Lukas Haas ont eu l’idée d’appliquer l’IA à ce défi. Ils ont utilisé CLIP, un système développé par OpenAI, pour entraîner leur algorithme à reconnaître des détails infimes dans les images, comme de subtiles variations de végétation, de météo ou de types de routes. Ainsi, PIGEON surpasse désormais les meilleurs joueurs humains.

Si une telle prouesse technologique impressionne, elle soulève également de vives inquiétudes quant au respect de la vie privée des individus. D’après Jay Stanley, analyste à l’ACLU, de telles innovations pourraient facilement servir à de la surveillance de masse, du pistage publicitaire ou même du harcèlement ciblé. La facilité de géolocaliser des personnes ou des lieux sans leur consentement pose de sérieuses questions éthiques.

Certes, PIGEON pourrait avoir des applications positives. Identifier des routes endommagées, surveiller la biodiversité, créer des outils pédagogiques : autant d’usages inoffensifs et utiles à la société. Néanmoins, le risque que cette technologie serve des intérêts moins louables ne saurait être ignoré. D’autant que Google Maps possède déjà sa propre fonctionnalité de géolocalisation, mais bien moins perfectionnée que PIGEON. L’IA de Stanford laisse entrevoir un avenir où tout lieu sur Terre pourrait être identifié automatiquement.

Conscients de ces dilemmes, les concepteurs de PIGEON ont adopté une posture responsable en limitant l’accès à leur modèle. Mais ce cas illustre la rapidité avec laquelle progresse l’IA, et le besoin croissant de garanties éthiques et légales pour encadrer ces avancées.

Entre surveillance de masse et outil d’intérêt général, chaque innovation porteuse d’un tel potentiel devrait s’accompagner d’une réflexion approfondie avec des experts en éthique et défenseurs des libertés publiques. Faute de quoi nous risquons de sacrifier insidieusement notre droit à la vie privée sur l’autel du progrès technologique.

De plus, cette affaire rappelle combien nous sous-estimons souvent la quantité d’informations personnelles que nous disséminons en ligne. Photos de vacances, de nos lieux de vie, publication de nos déplacements… autant de miettes de données qui, agglomérées, permettent aux algorithmes de tracer nos vies.

https://futurism.com/the-byte/ai-scan-photos-find-exact-location

PIGEON: https://multiplatform.ai/stanford-graduates-unveil-ai-models-pigeon-and-pigeotto-for-pinpointing-locations-from-images/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.