L’esclavage : l’ADN du pouvoir américain

Dans le grand théâtre de l’histoire américaine, les fantômes du passé ne cessent de hanter les coulisses. L’esclavage, cette tache indélébile sur la conscience nationale, semble avoir laissé des traces plus profondes que ce que l’on aurait pu imaginer. Non seulement il a façonné les inégalités raciales qui perdurent, mais il a également tissé une toile invisible qui relie les dirigeants actuels du pays à cette période sombre.

En effet, un cinquième des législateurs du pays, des présidents vivants, des juges de la Cour suprême et des gouverneurs peuvent retracer leur lignée jusqu’à des ancêtres qui ont asservi des personnes noires. C’est une réalité choquante, mais pas surprenante, compte tenu de l’histoire de l’esclavage aux États-Unis.

Parmi les présidents vivants, tous, à l’exception notable de Donald Trump, sont des descendants directs d’individus qui ont autrefois asservi des personnes noires. Joe Biden, Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton, tous ont des ancêtres qui ont possédé des esclaves.

La Cour suprême n’est pas non plus épargnée par ce lien sombre avec l’esclavage. Deux des neuf juges actuels, Amy Coney Barrett et Neil Gorsuch, sont des descendants directs de propriétaires d’esclaves.

Il en va de même pour les gouverneurs. En 2022, 11 des 50 gouverneurs des États-Unis étaient des descendants directs de propriétaires d’esclaves. Huit d’entre eux étaient en poste dans les 11 États qui formaient autrefois les États confédérés d’Amérique.

Le Congrès n’est pas en reste. Sur les 536 membres du Congrès en exercice, au moins 100 sont descendants de propriétaires d’esclaves. Parmi eux, 28 sénateurs, soit plus d’un quart du Sénat, peuvent établir un lien direct avec au moins un ancêtre propriétaire d’esclaves. Parmi ces figures, on compte les sénateurs républicains Mitch McConnell et Lindsey Graham, ainsi que les démocrates Elizabeth Warren, Tammy Duckworth, Jeanne Shaheen et Maggie Hassan.

Ces révélations sont un rappel brutal de la manière dont l’histoire de l’esclavage continue de façonner la réalité américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.