Le Café : Un Bouclier contre le COVID-19

Alors que le monde peine encore à se remettre de la pandémie de COVID-19, un allié surprenant émerge de notre quotidien : le café. La humble tasse du précieux breuvage, souvent associée à nos réveils tonitruants, révèle désormais des propriétés prometteuses dans la lutte contre le SARS-CoV-2. Des chercheurs ont identifié que le café peut inhiber l’infection par plusieurs variants du virus, en entravant la liaison de sa protéine de spicule au récepteur ACE2 humain. De plus, le café réduit l’activité de deux protéines clés pour la pénétration virale dans les cellules.

L’étude a examiné les composants du café en profondeur. Les acides isochlorogéniques A, B et C, éléments-clés du café, présentaient un fort potentiel pour inhiber l’infection, avec une efficacité allant de 43% à 54%. Fait notable : même décaféiné, le café conserve cette activité inhibitrice, suggérant que ce ne sont pas la caféine mais d’autres composés qui sont responsables de cet effet protecteur.

Un essai clinique sur 64 sujets a confirmé le potentiel préventif du café vis-à-vis du COVID-19. Les participants consommant 1 à 2 tasses par jour présentaient une moindre susceptibilité à l’infection par différentes souches du virus. Ce constat est particulièrement significatif, indiquant qu’une simple habitude quotidienne pourrait renforcer les défenses individuelles.

Compte tenu de ces résultats, une consommation modérée de café peut être considérée comme une stratégie alimentaire viable pour prévenir l’infection. Ceci revêt une importance particulière à l’heure où les pays lèvent les restrictions et où les populations recherchent des moyens de coexister avec le virus. L’étude propose ainsi un régime caféiné comme mesure préventive, insistant sur le rôle d’une consommation régulière et modérée.

Bonne nouvelle pour les personnes sensibles à la caféine ou préférant l’éviter : le décaféiné est tout aussi efficace. Cela élargit la portée de cette stratégie préventive, la rendant accessible à davantage de personnes, y compris celles évitant habituellement le café pour ses effets stimulants.

L’intégration d’une consommation modérée de café dans nos routines quotidiennes constitue une stratégie simple mais efficace pour réduire les risques d’infection. Outre la mise en lumière du rôle primordial de l’alimentation dans la prévention des maladies, cette découverte offre également une lueur d’espoir en ces temps difficiles.

https://cellandbioscience.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13578-023-01154-9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.