La Nouvelle Inquisition Numérique

Sous le prétexte fallacieux de “protéger” le bon peuple des méfaits de l’internet, l’ARCOM, ce bras arrogant de la technocratie française, a décidé d’embaucher une milice de “signaleurs de confiance”. Un nom aussi doucereux que trompeur pour ces futurs censeurs zélés.

Quel besoin avons-nous de tels gardiens de la vertu numérique ? N’avons-nous pas déjà assez de Big Brothers bienveillants pour nous surveiller ? Cette initiative n’est qu’un autre jalon dans la marche inexorable vers une société où la libre pensée sera considérée comme une menace à l’ordre établi.

On nous vante les mérites de cette mascarade réglementaire, mais ne soyons pas dupes. Derrière les beaux discours sur la “confiance” et la “protection”, se cache une volonté de contrôle et de répression déguisée. Un moyen élégant pour l’État de s’immiscer dans nos vies privées sous couvert de bienveillance.

Que les bien-pensants se rassurent, ces nouveaux inquisiteurs de l’ère numérique ne porteront pas de cagoules. Leur arme sera un stylo rouge (numérique) zélé pour rayer tout propos dérangeant. Une censure insidieuse, exercée avec le sourire Janus de l’autorité bienveillante.

Votre liberté d’expression sera désormais soumise à l’approbation de ces augures autoproclamés du virtuel. Une nouvelle ère s’ouvre, où les mots seront tamisés par le filtre complaisant de la “confiance” institutionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.