La corrida, un spectacle de cruauté en déclin

La corrida, une tradition séculaire sanguinaire, est de plus en plus contestée à travers le monde.

En France, l’avocat Jean-Robert Nguyen Phung, surnommé le “Héros des Animaux”, a récemment remporté une victoire significative en obtenant l’interdiction du retour de la corrida dans les Arènes de Pérols, en Occitanie. Cette décision de justice a été motivée par le non-respect du principe “d’ininterruption d’une tradition locale“, la corrida ayant disparu depuis de nombreuses années à Pérols.

La corrida est une pratique qui suscite de vives controverses. Ses détracteurs la considèrent comme un spectacle cruel où le taureau subit une mort sévère et tortueuse. De nombreuses villes à travers le monde, où la corrida était autrefois populaire, ont déclaré être anti-corrida. En Colombie, le sénat a récemment voté un projet de loi visant à interdire les corridas à l’échelle nationale.

Gustavo Petro

Cette législation, soutenue par le président récemment élu Gustavo Petro, doit encore être approuvée par la chambre des représentants.

Cependant, pour certains, la corrida n’est pas seulement un sport, mais un événement culturel significatif et une forme d’art où le matador est formé dans un certain style et suscite l’émotion à travers l’acte du combat. Certains défenseurs de la corrida soutiennent que la mort du taureau dans l’arène est plus humaine que celle des animaux dans un abattoir.

En dépit de ces arguments, l’opinion publique est majoritairement opposée à la corrida avec mise à mort. Selon un récent sondage de l’IFOP, 74% des Français sont favorables à son interdiction. Jean-Robert Nguyen Phung, interrogé sur le sujet, a déclaré : “Je n’arrive pas à concevoir la rigolade et le commerce autour de la mort de l’animal“. “Quand la tradition tue, tuons la tradition !”.

En dépit de l’opposition croissante, la corrida continue d’exister dans certaines régions du monde. En Espagne, par exemple, la Cour suprême a récemment statué contre un plan visant à exclure les corridas d’un programme de bons pour les jeunes, affirmant que la corrida faisait partie du “patrimoine culturel” du pays. Cependant, l’opposition à la corrida continue de croître, même dans des villes comme Manizales en Colombie, où la corrida est une grande partie de la culture locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.