kellogg’s : hors-la-loi ?

Kellogg’s, cette entreprise emblématique qui nous a tous fait saliver devant ses céréales le matin. Mais aujourd’hui, ce n’est pas pour ses délicieuses céréales que la marque fait parler d’elle, mais pour ses politiques de diversité au travail. Et pas de manière positive, je vous assure.

Le groupe juridique conservateur America First Legal a récemment exhorté une agence américaine anti-discrimination à enquêter sur Kellogg Co. Pourquoi ? Parce qu’ils estiment que les politiques de diversité de l’entreprise sont… illégales. Selon eux, Kellogg’s aurait mis en place des pratiques d’embauche, de formation et de promotion visant à obtenir un équilibre basé sur la race et le sexe, ce qui violerait la loi fédérale interdisant les préjugés au travail.

America First Legal accuse également Kellogg’s de sexualiser ses produits. Comment ? En critiquant des campagnes marketing telles que des boîtes de crackers Cheez-It mettant en vedette la drag queen RuPaul et des boîtes de céréales célébrant le mois de la fierté LGBTQ. Selon eux, Kellogg’s aurait abandonné son approche marketing axée sur la famille pour politiser et sexualiser ses produits.

Et si vous pensez que c’est la première fois qu’une telle plainte est déposée, détrompez-vous. C’est la deuxième plainte déposée cette semaine par America First Legal contre une entreprise. La première était contre Target Corp, accusée d’avoir échoué à anticiper le retour de bâton des clients concernant des produits à thème LGBTQ, ce qui aurait nui à la valeur de son stock.

Alors, que se passe-t-il réellement chez Kellogg’s ? L’entreprise a-t-elle vraiment abandonné ses valeurs familiales pour adopter une approche plus “éveillée” ? Ou est-ce simplement une autre tentative des conservateurs de saper les efforts des entreprises pour être plus inclusives ?

Avec l’augmentation prévue des défis juridiques aux programmes de diversité des entreprises suite à une décision de la Cour suprême des États-Unis en juin, les entreprises devront être plus prudentes que jamais dans la manière dont elles abordent la question de la diversité.

https://www.reuters.com/legal/kelloggs-woke-workplace-diversity-programs-are-illegal-group-claims-2023-08-09/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.