Johnson & Johnson: un conte de fées toxique

Johnson & Johnson, cette entreprise connue pour ses produits pour bébés, a récemment été condamnée à payer 18,8 millions de dollars à un homme de Californie qui a développé un cancer suite à une exposition à leur poudre pour bébés.

Emory Hernandez Valadez, le protagoniste de notre histoire, a déclaré avoir développé un mésothéliome, un cancer mortel, à la suite d’une exposition intense à la poudre de talc de J&J depuis son enfance. Malgré cette condamnation, notre cher ami ne pourra pas toucher son dû dans un avenir proche, grâce à une décision de la cour de faillite qui a gelé la plupart des litiges concernant le talc de J&J.

C’est une histoire qui se répète. En avril, une filiale de J&J, LTL Management, a déposé une demande de faillite, proposant de payer 8,9 milliards de dollars pour régler plus de 38 000 poursuites. Cependant, même si Hernandez remporte son procès, il ne pourra pas percevoir le jugement tant que la faillite est en cours.

J&J insiste sur le fait que leur talc est sûr et ne cause pas le cancer. Ils ont même déclaré que le mésothéliome de Hernandez est très rare et probablement lié à des antécédents familiaux de maladies cardiaques et de cancer.

Alors, que retenons-nous de cette histoire ? Que les multinationales peuvent s’en tirer avec des pratiques douteuses ? Que les victimes de ces pratiques doivent se battre pour obtenir justice ? Ou que les entreprises peuvent simplement déclarer faillite pour éviter de payer les dommages qu’elles ont causés ?

Peut-être que la morale de cette histoire est que nous devrions être plus sceptiques à l’égard des entreprises qui prétendent avoir nos meilleurs intérêts à cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.