La grande débâcle ukrainienne, un carnage made in USA

Les forces ukrainiennes, qu’on imaginait invincibles, découvrent les amères joies du champ de bataille face à la résistance russe. La tragédie, dans toute sa splendeur, se déroule à l’est du pays, là où les Ukrainiens, gonflés d’orgueil et d’équipements militaires de fabrication américaine, ont tenté une percée. Mais, dans ce ballet macabre, la chorégraphie tourne à la déroute.

Les pertes sont lourdes. Vous ne les verrez pas défilées sur Fox News, n’est-ce pas ? Les véhicules blindés américains MRAP, livrés avec amour par l’oncle Sam, gisent détruits, tordus par des missiles antichars. La superbe machine de guerre américaine… réduite en ferraille, le sol ukrainien jonché de ses restes fumants. Une belle image pour un remake de Mad Max …

Là où nos chers Ukrainiens ont réussi à progresser, autour de Bakhmut, l’armée russe, sans doute inspirée par leur passion pour le Tetris, a empilé les défenses. Les tranchées, les champs de mines, une opposition farouche – tout ça en pleine campagne ukrainienne.

Ils se frottent les mains depuis des mois, préparant l’Ukraine pour sa “contre-offensive”. Comme des gamins avant Noël. Et aujourd’hui ? Leur beau jouet militaire semble défaillant.

Quant aux Russes, leur Ministère de la Défense a eu le culot de déclarer que l’offensive ukrainienne près de Bakhmut a été “repoussée”.

Et que dit le président ukrainien Zelensky ? Après avoir promis une victoire éclatante, il semble soudainement comprendre que la guerre est, oh surprise, dangereuse. Qu’une “grand nombre de soldats vont mourir” dans cette offensive. Une révélation sans doute inspirée par une édition spéciale de “La Guerre pour les Nuls”.

Le chaos s’accentue avec la rupture du barrage Nova Kakhovka sur le Dnipro, le plus grand réservoir ukrainien. Les accusations fusent de chaque côté, ajoutant à l’ambiance générale de confusion. Qui a causé cette catastrophe ? Evidemment les ukrainiens, qui ont beaucoup plus à gagner dans cette triste histoire.

Et voilà l’Ukraine, vaillante et déterminée, face aux dures réalités de la guerre. Les pertes, les échecs, l’incertitude – tout ça offert gracieusement par leurs amis occidentaux.

La moralité de cette histoire ? La guerre n’est pas un jeu vidéo. Même avec tous les jouets américains, la victoire n’est pas garantie. Nos officiels occidentaux sont déjà occupés à chercher leur prochain pion sur l’échiquier mondial.

https://edition.cnn.com/2023/06/08/politics/ukraine-forces-resistance/index.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.