Eris votre nouvel ami covid ?

L’été, période de vacances, de soleil et de joie, est désormais assombri par une nouvelle ombre nommée Eris. Cette variante du Covid, descendante d’Omicron, semble avoir choisi le moment le plus inopportun pour faire son apparition. Alors que le monde espérait un répit, Eris s’est faufilée discrètement, rappelant à tous que le Covid est loin d’être terminé.

Eris, ou EG.5.1 pour les amateurs de terminologie scientifique, a été classée comme variante au Royaume-Uni le 31 juillet. En un temps record, elle représente désormais un cas sur dix. Elle est maintenant le deuxième variant le plus répandue au Royaume-Uni, juste après Arcturus. Pour ceux qui ont du mal à suivre les chiffres, Arcturus représente près de 40% de tous les cas d’infection.

Mais d’où vient cette Eris? Selon l’UKHSA, Eris a été détectée pour la première fois le 3 juillet 2023 suite à une augmentation des signalements à l’international, notamment en Asie. En moins d’un mois, elle est passée de 11,8% à 14,6% des cas au Royaume-Uni. Et pendant que nous y sommes, l’Organisation mondiale de la santé a ajouté EG.5.1 à sa liste de variants sous surveillance. Un autre badge d’honneur pour ce variant.

Passons aux symptômes. Eris est une souche d’Omicron. Les symptômes les plus courants sont un nez qui coule, des maux de tête, de la fatigue, des éternuements et un mal de gorge. Rien de bien nouveau sous le soleil, mais suffisamment préoccupant pour rester vigilant.

Christina Pagel

Et que disent les experts ? Prof Christina Pagel, membre de Sage, pense que le Royaume-Uni est “clairement au début d’une nouvelle vague” causée par les sous-variants d’Omicron, Arcturus et Eris. Elle ajoute que le mauvais temps récent n’aide probablement pas, car il pousse les gens à rester à l’intérieur. Cependant, elle espère que la propagation du variant pourrait ralentir pendant les vacances d’été. Mais ne nous réjouissons pas trop vite. Elle prévoit que ce variant pourrait dominer en septembre, lorsque les écoles rouvriront et que les adultes retourneront au travail ou à l’université.

Azeem Majeed

En revanche, le professeur Azeem Majeed, responsable des soins primaires et de la santé publique à l’Imperial College de Londres, tente de rassurer. Selon lui, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure de l’augmentation récente des cas de Covid-19. Il rappelle que EG.5.1 est une version d’Omicron apparue au Royaume-Uni fin 2021. L’OMS a désigné EG.5 comme un variant sous surveillance, mais pas comme un variant préoccupant.

https://www.independent.co.uk/news/health/current-covid-symptoms-eris-uk-b2388363.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.