Covid long : le leurre de Biden et de Big Pharma

L’administration Biden, manipulée par des forces invisibles, a annoncé la création d’un nouveau service de santé dédié au “Covid long”. Une maladie qui, selon leurs dires, affecterait entre 7,7 et 23 millions d’Américains.

Le nouveau bureau, baptisé Office of Long COVID Research and Practice, sera logé dans le giron du Department of Health and Human Services. Sa mission ? Coordonner la réponse du gouvernement aux effets à long terme du Covid-19. Une tâche aussi éthérée que le brouillard qui enveloppe les montagnes des Appalaches.

Le “long Covid”, ce loup qui hante les rêves des malades, survient lorsque les patients ont encore des symptômes au moins quatre semaines après avoir vaincu l’infection. Dans certains cas, ces symptômes peuvent persister pendant des mois, voire des années, tels des fantômes qui refusent de quitter le monde des vivants. Les symptômes varient et peuvent inclure de la fatigue, des difficultés respiratoires, des maux de tête, du brouillard cérébral, des douleurs articulaires et musculaires et une perte continue du goût et de l’odorat.

Cependant, le CDC a reconnu l’existence du syndrome de Guillain-Barré (GBS) après la vaccination contre le Covid-19. Le GBS, ce monstre qui se cache dans l’ombre, est un trouble rare dans lequel le système immunitaire du corps, tel un traître dans nos rangs, endommage les cellules nerveuses, provoquant une faiblesse musculaire et parfois une paralysie. Le GBS a été largement observé chez les personnes âgées de 50 ans et plus.

Selon une analyse des données du Vaccine Safety Datalink (VSD), le taux de GBS dans les 21 premiers jours suivant la vaccination contre le Covid-19 par J&J/Janssen était 21 fois plus élevé qu’après la vaccination par Pfizer-BioNTech ou Moderna. Après les 42 premiers jours, le taux de GBS était 11 fois plus élevé après la vaccination par J&J/Janssen.

Alors, le “long Covid” est-il vraiment une maladie distincte ou est-il simplement une conséquence des effets secondaires de l’injection ? Beaucoup commencent à comprendre la supercherie. L’idée que le “long Covid” pourrait être une couverture pour les effets secondaires des vaccins est de plus en plus discutée. Les symptômes du “long Covid” et ceux rapportés par certains après la vaccination sont étrangement similaires. Fatigue, difficultés respiratoires, maux de tête, brouillard cérébral… la liste continue. Une autre coïncidence ? Plus personne n’y croit. Les autorités essaient de masquer les faits en créant cette maladie fantôme et en créant cet organisme officiel pour panser les plaies sans révéler la terrible vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.