Cocaïne: la bombe à retardement planétaire

La planète est en proie à une véritable épidémie de cocaïne, une situation qui ne semble pas prête de s’améliorer. Selon le dernier rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la demande et l’offre mondiales de cocaïne sont en hausse constante, dépassant même les niveaux d’avant la pandémie.

La production mondiale de cocaïne a connu une augmentation spectaculaire au cours des deux dernières années, après un ralentissement initial dû à la pandémie de COVID-19. La culture de la coca a augmenté de 35% de 2020 à 2021, atteignant un niveau record et la plus forte augmentation annuelle depuis 2016. Cette hausse est le résultat d’une expansion de la culture de la coca et d’améliorations dans le processus de conversion de la coca en chlorhydrate de cocaïne.

La forte croissance de l’offre a été accompagnée d’une augmentation similaire de la demande, avec de nombreuses régions montrant une augmentation constante des utilisateurs de cocaïne au cours de la dernière décennie. Bien que le marché de la cocaïne reste assez concentré dans les Amériques et certaines parties de l’Europe, le rapport met en garde contre le potentiel d’une grande expansion en Afrique et en Asie.

Cependant, les interceptions de cargaisons de cocaïne par les forces de l’ordre à travers le monde ont également augmenté de manière significative, avec des saisies atteignant un record de près de 2 000 tonnes en 2021. “L’augmentation de l’offre mondiale de cocaïne devrait tous nous mettre en alerte”, a déclaré Ghada Waly, directrice exécutive de l’ONUDC, en réagissant à ces résultats. “Le potentiel d’expansion du marché de la cocaïne en Afrique et en Asie est une réalité dangereuse.”

Le rapport examine l’émergence de nouveaux centres de trafic de cocaïne, notant que les pays d’Europe du Sud-Est et d’Afrique – en particulier ceux d’Afrique de l’Ouest et du Centre – sont de plus en plus utilisés comme zones de transit clés pour la drogue. Les ports de la mer du Nord comme Anvers, Rotterdam et Hambourg ont éclipsé les points d’entrée traditionnels en Espagne et au Portugal pour la cocaïne arrivant en Europe de l’Ouest. Les trafiquants diversifient également leurs routes en Amérique centrale en envoyant de plus en plus de cocaïne vers l’Europe, en plus de l’Amérique du Nord.

Les modalités des trafiquants de cocaïne sont également examinées dans le rapport, avec des résultats montrant que le paysage criminel se fragmente en une myriade de réseaux de trafic. La démobilisation des combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) – qui contrôlaient auparavant de nombreuses régions productrices de coca en Colombie – a créé une ouverture pour d’autres acteurs, tels que de nouveaux acteurs locaux, des ex-guérilleros des FARC, ou même des groupes étrangers du Mexique et d’Europe. De plus, le rapport révèle que les soi-disant “prestataires de services”, c’est-à-dire des groupes spécialisés qui prêtent leurs services à tous les stades de la chaîne d’approvisionnement moyennant des frais, se sont multipliés.

Avec la réouverture des discothèques et des bars, et la normalisation des voyages internationaux, la demande de drogues festives est en hausse. C’est un cercle vicieux qui ne fait qu’empirer, et il semble que nous soyons tous pris dans cette spirale folle.

Il est temps de se réveiller et de réaliser que nous sommes en train de perdre la bataille contre la cocaïne. Il est temps de prendre des mesures radicales pour endiguer cette marée montante de poudre blanche qui menace de submerger notre société.

https://www.zerohedge.com/markets/un-finds-prolonged-surge-cocaine-demand-supply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.