Bébés Dragons : Le Miracle Démographique en Trompe-l’Œil

La Chine fait face à un déclin démographique sans précédent, avec une baisse de 850 000 habitants en 2022. Sa population est passée de 1,413 milliard à 1,412 milliard d’individus. Ce baby crash historique s’inscrit dans une tendance de fond amorcée bien avant la pandémie de Covid-19. Le taux de natalité n’a cessé de reculer depuis 2016, où il culminait encore à 17,86 millions de naissances. Il est tombé à seulement 9 millions en 2023. Le taux de fécondité a chuté lui aussi, de 1,66 enfant par femme durant la politique de l’enfant unique à 1,15 en 2021.

Plusieurs facteurs expliquent cette dénatalité. D’abord, l’augmentation du coût de la vie et de l’éducation en Chine a dissuadé les couples de procréer. Le mariage est aussi plus tardif, tandis que certains renoncent à fonder une famille. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’accentuer la tendance. Entre 2019 et 2021, le taux de natalité a plongé de 30%. Les confinements stricts ont sapé la confiance en l’avenir et le désir d’enfant des Chinois. La politique zéro Covid a aussi fragilisé l’économie, rendant un enfant encore plus coûteux.

Cette chute démographique aura de lourdes conséquences. Avec moins de jeunes actifs pour financer les retraites et les dépenses de santé, c’est tout le modèle de croissance chinois qui est remis en cause.

La Chine risque de devenir “vieille avant d’être riche”. Politiquement, Xi Jinping est embarrassé par cet échec. Sa politique nataliste n’a pas enrayé la tendance, et la Chine pourrait même être dépassée par l’Inde en 2023. Pour tenter de relancer la natalité, des congés parentaux rallongés ont été instaurés. Mais le traumatisme de la politique de l’enfant unique limite leur impact.

Pourtant, l’année du dragon pourrait provoquer un sursaut démographique. En 2012, dernière année du dragon, le pic de natalité avait atteint 15‰ contre 10‰ habituellement. La croyance selon laquelle les “bébés dragons” sont chanceux pousse de nombreux couples à concevoir. Cet engouement fait temporairement gonfler les naissances, même si un baby krach survient souvent l’année suivante lorsque les maternités sont saturées.

Les industries liées aux mariages et à l’or profitent aussi de la frénésie dragon. En Inde par exemple, la demande en bijoux de noces antiques bondit alors de 15%. Le marché mondial des bijoux nuptiaux, porté par les styles traditionnels revisités, connaît d’ailleurs une croissance constante. Néanmoins, la flambée des cours de l’or a refroidi les ardeurs lors du dernier dragon. Certains joailliers indiens déplorent des ventes liées aux mariages en berne de 15 à 20%. Mais beaucoup espèrent une reprise, l’or gardant son aura protectrice en année faste. Au final, malgré un déclin démographique qui menace son statut de puissance, la Chine mise encore sur la symbolique du dragon. Ses vertus de force et de prospérité innervent l’inconscient collectif. Son prestige dépasse les frontières, avec des répercussions économiques mondiales. Preuve que le soft power du dragon a encore de beaux jours devant lui.

https://www.zerohedge.com/geopolitical/are-dragon-babies-bumping-chinas-birth-rate

https://www.lemonde.fr/planete/article/2023/01/23/la-chine-confrontee-a-un-declin-demographique-sans-precedent_6158915_3244.html4

https://fr.linkedin.com/pulse/ce-que-le-covid-chang%C3%A9-dans-les-maternit%C3%A9s-marie-malzac5

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7986470/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.