Antibiotiques: La Méfiance Règne

Face aux pénuries croissantes de médicaments, le gouvernement envisage de lier la délivrance d’antibiotiques à la réalisation d’un test en pharmacie, une initiative prévue dans le prochain budget de la Sécurité sociale.

Les pénuries de médicaments, devenues courantes ces dernières années, sont bien ancrées dans l’esprit des Français. La solution du gouvernement ? Soumettre les patients à des tests pour déterminer si leur affection est d’origine bactérienne ou virale. Mais cette démarche soulève une question cruciale : ne remet-elle pas en cause la compétence de nos médecins généralistes ? Après tout, ce sont eux qui prescrivent ces médicaments. En imposant un test, le gouvernement semble insinuer que nos médecins pourraient ne pas être à la hauteur de leurs prescriptions. Une telle insinuation porte atteinte à la profession médicale…

Et les tests de dépistage ne sont pas infaillibles. L’un des principaux problèmes associés à ces tests est la possibilité de faux négatifs. En d’autres termes, un patient pourrait être réellement atteint d’une infection bactérienne, mais le test pourrait indiquer le contraire. Cette situation pourrait entraîner un refus de délivrance d’antibiotiques nécessaires, mettant ainsi la santé du patient en danger. Une infection non traitée ou mal traitée peut s’aggraver, entraînant des complications potentiellement graves, voire mortelles. Il est donc essentiel de peser les avantages de la réduction des prescriptions inutiles d’antibiotiques face aux risques potentiels associés aux faux négatifs.

De plus, les prix des médicaments grimpent sans cesse. Même si le gouvernement veut intensifier l’utilisation des tests de dépistage, cette démarche est un écran de fumée face au réel problème.

L’hiver dernier a été marqué par des pénuries notables, notamment pour des antibiotiques essentiels tels que l’Amoxicilline. Face à cette crise, le gouvernement a identifié près de 450 médicaments d’importance critique et a promis diverses mesures, dont la relocalisation de la production. Mais peut-on vraiment compter sur la mise en œuvre de ces promesses …

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/medicaments-comment-le-gouvernement-veut-limiter-les-penuries-1978778

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.