11 vaccins pour nos enfants: un cadeau empoisonné ?

Dans l’Hexagone, la santé de nos enfants est une priorité. C’est pourquoi, depuis 2018, le gouvernement a rendu obligatoires 11 vaccins pour les enfants nés à partir du 1er janvier de cette année. Une décision qui, bien que prise dans l’intérêt de la santé publique (en théorie…), a suscité une vive controverse.

Mais aujourd’hui, une nouvelle étude vient jeter un froid sur cette politique de vaccination intensive. Selon cette recherche, les pays développés qui exigent le plus de doses de vaccins pour les nourrissons ont des taux de mortalité infantile plus élevés. Un constat qui va à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle plus de vaccins équivaudraient à moins de décès.

Neil Miller, l’auteur principal de l’étude, a déclaré que malgré l’insistance des autorités sanitaires sur le fait que les vaccins sauvent des vies, les données suggèrent que lorsque les pays développés exigent plus de vaccins pendant la petite enfance, il y a des conséquences imprévues qui augmentent la mortalité toutes causes confondues.

Alors, la France, avec ses 11 vaccins obligatoires, est-elle en train de mettre en danger ses enfants ? La question mérite d’être posée.

L’étude ne prétend pas prouver un lien de cause à effet direct entre le nombre de vaccins et la mortalité infantile. Cependant, elle suggère fortement qu’il pourrait y avoir des conséquences ‘imprévues‘ à une politique de vaccination intensive. En clair ce sont des poisons littéralement injectés à nos enfants. Et qui rapportent des fortunes , qui plus est.

Il est temps de se demander si nous ne sommes pas en train de sacrifier des vies sur l’autel de la prévention. Les autorités sanitaires ont-elles vraiment pris en compte l’impact total de leurs calendriers de vaccination sur les décès de toute cause ? Ou sont elles vendues à big pharma …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.