Vaccins COVID-19 : L’ADN Plasmidique, le Nouveau Scandale ?

Le Débat Enflammé

Le monde scientifique est en ébullition. Wafik El-Deiry, directeur du centre de cancérologie de l’Université Brown, et Phillip J. Buckhaults, un autre chercheur renommé, ont récemment exprimé leurs inquiétudes concernant les milliards de fragments d’ADN plasmidique trouvés dans le vaccin Pfizer.

Les Faits

Selon ces experts, ces fragments d’ADN, encapsulés dans des nanoparticules lipidiques, pourraient potentiellement transférer des cellules et même s’intégrer dans notre génome. Buckhaults a même tweeté que ces fragments d’ADN plasmidique sont “surprenants et donc préoccupants” et appelle à un examen rigoureux de la sécurité (source).

Les Nouveaux Vaccins Monovalents XBB

Les nouveaux vaccins monovalents XBB sont également sous le feu des projecteurs. Personne ne sait s’ils contiennent ces mêmes fragments d’ADN plasmidique.

Et l’Agence Américaine des Produits Alimentaires et Médicamenteux (FDA) ?

La grande question qui se pose est : pourquoi la FDA ne répond-elle pas à ces préoccupations ? 🤔

Les Vaccins Moderna et Pfizer

Pfizer et Moderna restent également silencieux sur la question. Aucune réponse claire n’a été fournie quant à la présence de ces plasmides dans leurs nouveaux vaccins monovalents XBB.

Les Citoyens Scientifiques à la Rescousse

En l’absence de réponses claires des autorités, des citoyens scientifiques comme Buckhaults et Kevin McKernan prennent les choses en main. Chapeau à eux !

Les Questions en Suspens

  • Que savent réellement Pfizer, Moderna et la FDA ?
  • Pourquoi la FDA ne répond-elle pas ?
  • Quels sont les risques réels pour la santé humaine ?

Les Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.