Débâcle du Vaccin aux US

Un frisson de lucidité parcourt l’Amérique alors que la vérité sur la campagne de vaccination contre la COVID-19 se dévoile. Seuls 2% des Américains ont bravé le nouveau vaccin, non par ignorance, mais par une prise de conscience éclairée. Cette réticence n’est pas née de la rumeur, mais d’une histoire de souffrances, d’effets secondaires dévastateurs et d’une confiance trahie par des promesses de protection qui se sont avérées vaines.

Les 7 millions qui ont opté pour la vaccination l’ont fait en naviguant à travers un océan d’incertitude, tandis que le reste de la nation a pris du recul, échaudé par les cicatrices laissées par les campagnes précédentes. Le HHS admet un changement dans la distribution des vaccins, un euphémisme pour masquer la défiance palpable qui vibre à travers le pays.

Les pharmacies, autrefois des bastions de santé, sont désormais évitées par des citoyens hantés par les images de leurs pairs souffrant d’effets secondaires inacceptables. Les rendez-vous pour les vaccinations ne sont pas simplement annulés; ils sont activement évités.

Les statistiques révèlent une vérité certaine, avec seulement 17% ayant accepté le vaccin précédent, un témoignage muet de la méfiance envers un système qui a promis beaucoup et livré peu. Les vaccins, jadis la lance dorée dans la lutte contre la COVID-19, sont maintenant vus comme un cheval de Troie, apportant plus de mal que de bien.

Le nouveau variant XBB.1.5, n’a pas réussi à effacer les mémoires des douleurs passées causées non pas par le virus, mais par la solution elle-même. Les vaccins précédents ont été un échec spectaculaire, avec une efficacité qui s’est évaporée plus rapidement qu’un mirage, laissant derrière elle non pas l’immunité, mais un cortège de victimes marquées par des effets adverses.

Le CDC, continue de prôner les avantages des vaccins. Cependant, leurs paroles tombent dans des oreilles sourdes, car le public, éduqué par l’expérience, sait que la réalité est loin de la rhétorique. On leur a menti tout simplement.

Moderna et Pfizer, les titans de l’industrie, sont maintenant perçus non pas comme des sauveurs, mais comme des profiteurs de guerre, s’enrichissant de la misère de millions de personnes. Leurs études cliniques, leurs chiffres de neutralisation des anticorps, sont désormais scrutés avec scepticisme.

Novavax n’est pas différent, entrant sur le marché avec peu de fanfares et encore moins de confiance. Le monde a appris que la technologie derrière ces vaccins, qu’elle soit basée sur des protéines ou des ARNm, est irrévocablement entachée par les échecs du passé.

Et pourtant, dans cette atmosphère de désillusion, un signe de résilience émerge. Les hospitalisations ont diminué, non grâce aux vaccins, mais peut-être en raison d’une immunité naturelle renforcée et d’une population désormais plus consciente et proactive dans la gestion de sa santé.

L’Amérique se réveille d‘un cauchemar de manipulation, d’effets secondaires et de fausses promesses. Le faible taux de vaccination est un cri de défiance, un refus de se soumettre à l’inconnu, et un pas évident vers la prise en main de leur destin par les citoyens eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.