San Francisco : Quand ‘Terminator’ Devient Réalité

San Francisco, autrefois connue pour son Golden Gate, ses tramways et sa culture bohème, est désormais le théâtre d’une nouvelle forme de rébellion. Une rébellion contre… les machines. Les rues de cette ville emblématique sont devenues le champ de bataille d’une guerre non déclarée entre l’homme et la machine.

Un récent incident a fait la une des médias sociaux : une vidéo virale montre une personne vêtue de noir, martelant sans relâche un RoboTaxi sans conducteur dans les rues de San Francisco. Ce n’est pas un cas isolé. Depuis juillet, des membres du groupe “Safe Street Rebels”, qui considèrent les voitures comme “polluantes, dangereuses et meurtrières”, ont pris pour cible ces véhicules autonomes, les immobilisant avec des cônes de signalisation.

Mais pourquoi une telle animosité envers ces machines ? La réponse pourrait résider dans la peur grandissante de l’automatisation et de la manière dont elle façonne notre avenir. Larry Collins, par exemple, a travaillé pendant 23 ans dans un péage du pont Carquinez à San Francisco. Mais un jour, à cause de la pandémie de COVID-19, on lui a dit de ne plus venir. Les péages étaient automatisés, remplaçant Collins et environ 185 autres employés.

L’automatisation n’est pas un phénomène nouveau. Depuis des siècles, des machines ont remplacé des emplois. Mais aujourd’hui, avec la menace du COVID-19, cette transition s’accélère. Les robots pourraient remplacer jusqu’à 2 millions de travailleurs supplémentaires dans la seule industrie manufacturière d’ici 2025.

Les statistiques sont alarmantes. Une étude estime que 42% des emplois perdus à cause de la pandémie ne reviendront jamais. Et même si l’IA et l’automatisation peuvent créer de nouveaux emplois, le nombre de ces emplois est souvent dérisoire par rapport au nombre d’emplois perdus.

Alors, que peuvent faire les travailleurs face à cette vague d’automatisation ? Certains, comme Tristen Alexander, ont choisi de se requalifier. Alexander, autrefois représentant d’un centre d’appels, a suivi un cours en ligne pour obtenir un certificat professionnel Google IT. Grâce à cette certification, il a obtenu une promotion et gagne maintenant plus de 70 000 $ par an.

Mais tout le monde n’a pas cette chance ou cette capacité d’adaptation. Et si les entreprises et les gouvernements ne prennent pas des mesures proactives pour aider les travailleurs à se requalifier et à s’adapter à cette nouvelle réalité, nous pourrions être témoins d’une crise de l’emploi sans précédent.

  1. Time – Machines replacing jobs during COVID-19
  2. Forbes – Dark side of AI in job market
  3. LinkedIn – Conflict between humans and AI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.