Les moustiques tueurs: le nouveau drone de la guerre moderne ?

Dans une tournure d’événements qui semble tout droit sortie d’un film de science-fiction, le Lieutenant Général Igor Kirillov, chef des Forces de défense radiologique, chimique et biologique des Forces armées de la Fédération de Russie, a récemment fait une déclaration qui a fait le tour des médias sociaux. Selon lui, les États-Unis préparent une nouvelle forme de guerre biologique en Ukraine, utilisant des drones pour disperser des moustiques infectés par le paludisme sur les forces russes.

Lieutenant Général Igor Kirillov

Ces allégations, bien que semblant sortir tout droit d’un roman de Tom Clancy, ne sont pas sans précédent. Les insectes ont une longue histoire d’utilisation dans les opérations militaires. Et bien que l’utilisation d’armes entomologiques soit actuellement interdite par la Convention sur les armes biologiques et toxiques de 1972, il est facile d’argumenter que de telles interdictions ne s’appliquent qu’aux acteurs étatiques honnêtes. Comme le dit le vieil adage, “tous les coups sont permis en amour et en guerre”.

Selon Kirillov, la destruction récente du barrage de Kakhovka à Kherson a inondé les zones basses de l’est du fleuve Dniper, créant un marécage propice à une nouvelle forme de guerre ancienne. Les moustiques, vecteurs de maladies, pourraient ainsi se propager plus facilement. Les deux parties du conflit actuel, cherchant à établir leur domination sans recourir à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques, pourraient voir dans les armes entomologiques une opportunité de paralyser leurs ennemis tout en maintenant l’apparence de la conformité au droit international.

Kirillov a également présenté une prétendue documentation selon laquelle les États-Unis auraient formulé un plan avec des partenaires en Ukraine pour “utiliser des vecteurs infectés” via un “drone breveté, conçu pour disperser des moustiques infectés dans l’air”. Il n’a pas donné plus de détails sur le brevet allégué, mais a souligné que “la description du brevet souligne que le soldat infecté n’est pas en mesure d’accomplir les missions de combat qui lui sont assignées… une telle méthode d’infection de l’ennemi aurait un effet significatif sur le plan militaire”.

Ces allégations, bien que choquantes, soulèvent des questions importantes sur l’éthique de la guerre moderne. Si ces allégations sont vraies, elles marquent une nouvelle étape dans la guerre biologique, où les insectes deviennent des armes de destruction.

https://www.thegatewaypundit.com/2023/06/russian-general-says-u-s-preparing-use-mosquito/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=russian-general-says-u-s-preparing-use-mosquito

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.