Les débris célestes menacent de nous écraser

Dans un monde où nous sommes constamment bombardés par des menaces, des catastrophes et des scandales, il est facile d’oublier que le danger peut venir de n’importe où. Et quand je dis n’importe où, je veux dire littéralement de l’espace lui-même. Les débris spatiaux, ces petits morceaux de ferraille qui flottent sans but dans l’espace, sont une menace réelle et imminente pour notre vie quotidienne.

L’Agence Spatiale Européenne estime qu’il y a plus de 750 000 objets de plus d’un centimètre en orbite autour de la Terre. Ces objets, qui se déplacent à une vitesse de 28 000 km/h, peuvent causer des dommages considérables aux satellites opérationnels. Pour de nombreuses missions, le risque de perdre un satellite à cause d’un impact avec un débris spatial est le troisième plus élevé, après les risques associés au lancement et au déploiement en orbite.

Mais ne vous inquiétez pas, des entreprises comme ArianeGroup et LeoLabs sont là pour nous sauver. ArianeGroup, par exemple, a décidé d’étendre à l’orbite basse ses moyens de surveillance de caméras et de télescopes, rebaptisés Helix, en référence à une nébuleuse en forme d’œil. Cette technologie permet de voir depuis Paris l’équivalent d’une balle de pétanque située à Tokyo. Impressionnant !

Et LeoLabs, une entreprise américaine, a misé sur la technologie radar pour détecter les débris spatiaux. Ils peuvent détecter des objets allant jusqu’à deux centimètres et prévoir les risques de collision jusqu’à sept jours à l’avance. C’est comme si vous aviez votre propre boule de cristal pour l’espace !

Cependant, malgré ces efforts, le nombre de débris spatiaux continue d’augmenter. Il est prévu que 24 500 satellites supplémentaires seront lancés au cours de la prochaine décennie. C’est comme si nous ajoutions plus de voitures sur une autoroute déjà encombrée.

Alors, que pouvons-nous faire ? Eh bien, nous pourrions commencer par arrêter de traiter l’espace comme notre poubelle personnelle. Mais en attendant, nous devons continuer à surveiller et à suivre ces débris spatiaux pour éviter les collisions et protéger nos précieux satellites.

https://actu.orange.fr/societe/high-tech/radar-ou-optique-la-surveillance-de-l-espace-etend-sa-toile-CNT0000024xdvK/photos/le-general-philippe-adam-commandant-de-l-espace-la-space-force-francaise-le-22-septembre-2022-a-toulouse-9efa4a49b0a312fe5ebbe99811f00c0c.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.