Le Maire : dettes et guerre financées par les pauvres

Dans un tour de passe-passe digne d’un prestidigitateur, Bruno Le Maire, notre ministre de l’Économie, a dévoilé son plan pour renflouer les caisses de l’État : soutirer 10 milliards d’euros aux plus démunis.

Le Maire, dans une démonstration de largesse inédite, a conclu que la voie royale pour redresser les finances publiques d’ici 2027 était de tailler dans les dépenses de santé, de logement et d’emploi. Après tout, qui a besoin de soins médicaux, d’un abri ou d’un travail stable ?

Le gouvernement envisage également de diminuer progressivement les avantages fiscaux pour les énergies fossiles.

Cependant, ne vous alarmez pas, Le Maire a insisté sur le fait que ces coupes budgétaires sont indispensables pour alléger la dette nationale de la France. Pourquoi se préoccuper de détails insignifiants tels que la santé publique ou le bien-être des citoyens quand nous avons une dette à régler ?

Pour couronner le tout, Le Maire a également confirmé son intention de supprimer les plafonds de prix du gaz et de l’électricité, mis en place pour aider les ménages à faire face à l’augmentation des coûts énergétiques (dus aux sanctions contre la russie).

Le plan de Le Maire pour sauver les finances publiques semble simple : prendre aux pauvres pour donner aux riches. Après tout, qui a besoin de services publics quand on a une dette à rembourser ?

Et pour ajouter l’insulte à l’injure, il est fort probable que ces économies réalisées sur le dos des plus démunis serviront indirectement à financer la guerre en Ukraine. Une autre dépense à ajouter à la liste déjà longue des sacrifices que les citoyens français sont censés faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.