Le Comité Américain Bloque la CBDC de la Réserve Fédérale

Le Comité des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis a récemment avancé une législation visant à empêcher la Réserve fédérale de créer une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). Cette décision a suscité un débat animé sur l’équilibre entre innovation financière et protection de la vie privée.

Le Contexte Législatif

Dirigé par le républicain Patrick McHenry, le comité a fait valoir que toute initiative en matière de CBDC devrait être explicitement autorisée par le Congrès. Cette position vise à mettre un frein aux actions unilatérales de la Réserve fédérale, tout en soulevant des questions sur la vie privée et la surveillance gouvernementale. BeInCrypto

Les Enjeux de la Surveillance

Tom Emmer, un acteur clé de cette législation, a souligné les risques potentiels d’une “monnaie programmable” qui pourrait permettre une surveillance gouvernementale accrue. Cette préoccupation est d’autant plus pertinente que la Chine a déjà mis en place une CBDC, qui est perçue par certains comme un outil de surveillance. CoinDesk

La Perspective Française

En France, la question des CBDC est également en discussion. La Banque de France a mené des expérimentations en la matière, mais une adoption à grande échelle n’a pas encore eu lieu. Cela soulève des questions sur la position de la France dans le paysage mondial des monnaies numériques. Binance

La décision du Comité des services financiers de la Chambre soulève des questions complexes sur l’avenir des monnaies numériques. D’un côté, il y a la nécessité de protéger la vie privée et de prévenir la surveillance gouvernementale. De l’autre, il y a le risque de freiner l’innovation financière et de perdre du terrain dans la compétition mondiale pour établir des normes en matière de CBDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.